Streets et gueules de San Francisco vues par Travis Jensen

travis jensen photo

Entre portraits et street photography, Travis Jensen capture San Francisco dans son appareil photo

L’Américain Travis Jensen habite entre LA et Frisco depuis vingt piges. Ce qui lui a donné maintes occasions de se promener, objectif prêt à être dégainé, à travers la street life de SF.

Une vieille photo polaroid qui traîne dans ton grenier depuis 10 ans, une tache d’encre sur un mur, ta danse de la victoire, ta poubelle ou ton dressing… l’art est partout, tout le temps, et tu n’en as parfois même pas conscience. Mais si tu n’as jamais réussi à tirer parti de tout ce potentiel – et Dieu sait qu’il est impressionnant – d’autres y arrivent, et même très bien. Tu ne les connais pas ou tu en as vaguement entendu parler; dans les deux cas, Open Minded est là pour que tu restes à la page, et que tu deviennes l’expert en art que tout le monde s’arrache. Aujourd’hui, on s’intéresse tout particulièrement au photographe Travis Jensen.

À LIRE :   De la Grèce à Bogota, le street-art s'engage
travis jensen photo travis jensen san francisco

Enraciné à San Francisco depuis deux décennies, Travis Jensen a d’abord été journaliste pour le quotidien San Francisco Chronicle, puis a troqué sa plume contre un appareil photo. C’est donc derrière l’objectif qu’il officie désormais, en ayant débuté en tant que photographe de skate, avant de s’éprendre, plus largement, de la street photography.

Il parcourt donc les rues de SF à la recherche des gueules et des silhouettes qui la peuplent, afin d’en tirer le portrait ou d’en esquisser les traits. L’artiste trouve également son inspiration dans l’architecture de la ville, photographiant immeubles, tramway mythique, Golden Gate légendaire ou paysages urbains bordés de graffitis. On découvre donc les visages de San Francisco et des instantanés dévoilant les contours d’une ville qui fait rêver, en noir et blanc.

travis jensen photo travis jensen photo travis jensen photo travis jensen photo travis jensen photo

 

Et pour plus d’images, avec de la couleur également, c’est par ici