Open Minded présente : Agoria au 1988

agoria 1988 rennes

Agoria sera de passage au 1988 à Rennes le 28 novembre prochain

Sébastien Devaud, plus connu sous le nom d’Agoria, est l’illustre producteur, compositeur et DJ qu’on rattache systématiquement à la ville de Lyon. Et pour cause, il est l’un des impulseurs du festival des Nuits Sonores. Figurant parmi les pontes français de la techno, il est cofondateur du très respecté label InFiné, abritant, entre autres, les augustes noms de Rone, Francesco Tristano, ou encore Arandel.

Bercé par les échos d’une techno provenant tout droit de Détroit, poussant alors ses premiers puissants cris, mais aussi par l’explosion de la scène house américaine, ce sont Kevin Saunderson, Jeff Mills, ou encore les DJ sets de l’étoile alors montante Laurent Garnier qui résonnent d’abord dans les oreilles de Sébastien Devaud, et qui seront à l’origine des premiers balbutiements de son amour pour la musique électronique.

Commençant d’abord par jouer lors de teufs entre amis, il se retrouvera ensuite rapidement propulsé sur des line-ups ultra fats, assurant notamment le warm up d’une soirée au Space avec, pour headliners, Carl Cox et Richie Hawtin. Quand même.

À LIRE :   Gagne tes pass pour le festival ensoleillé Crossover !

Agoria est prolifique. Avec déjà quatre sorties pour la seule année 2015, à commencer par Hélice sur l’excellent label du britannique Scuba, Hotflush Recordings, pour se poursuivre chez les allemands de Innervisions et Kompakt, avec respectivement Alluvion puis Baptême, sa dernière production en date est sortie sur Ellum. Il s’agit de l’EP Independence, sorti en octobre dernier. Une profusion qui fleure bon l’arrivée d’un nouvel album, annoncé pour 2016.

Parallèlement au lancement de ses soirées « Agoria Invite », l’adepte d’une techno à la fois abyssale et aérienne a entamé une tournée, et sera de passage au 1988 le 28 novembre prochain, où il viendra faire rugir de plaisir le club rennais, avec, à ses côtés Asmar d’Antichambre qui présentera son premier EP en live, et le Nantais Samuel Di Cont’Sha.

 

Publicités