Yasiin Bey aka Mos Def : « Fuck off ISIS »

yasiin bey mos def

Le rappeur américain Yasiin Bey, ex Mos Def, a partagé ses sentiments suite aux attentats du 13 novembre 2015

A la suite des attentats de ce vendredi 13 novembre 2015, le besoin de s’exprimer et de partager ses sentiments est intense. Aussi, nombreuses ont été les réactions d’artistes, notamment sur Internet. Parmi eux, le rappeur américain Yasiin Bey, qu’on connaissait sous le nom de Mos Def, a pris la parole au cours d’une interview donnée à Ferrari Sheppard pour son projet multimédia A Country Called Earth, accompagnant son échange d’un nouveau morceau intitulé « NO Colonial Fiction ».

Ci-dessous, retrouvez le texte de cet échange en anglais et en français.

« I need everybody who’s sad about Paris, to be just as sad and angry about Tamir Rice. »

« Closing these borders does not bring back any of them dead people. Not one of them. And if its all about prevention, that’s non-sense. I don’t think François Hollande knows anymore about the Parisian people than ISIS. Their response as usual is to throw people into more panic, more frenzy… there’s nothing wise about these type of responses. It’s all meant to just get you into a reactionary phase. And to start viewing your human brothers with suspicion, and hatred, and judgement. »

« Btw, people can Shut The **** Up. I live in Paris. I performed at the Bataclan. One of my dear friends lost somebody… I wish my French was better I would speak directly to the French people. Listen man, don’t be hustled human beings. Don’t let them make you think that they care about you. »

« Who’s more violent than the state against humanity? People feel it when its a couple hundred people that they can look at and see. But nobody feel it when it’s half a million Iraqi kids. That die from sanctions, right. Or when its people going through hell in Palestine. But its got more of a premium when its some people in a smaller group. Just out trying to enjoy a Friday night. Then you feel it? Or, when it happen to you. »

« And don’t trust the media neither. Cuz they not there to give you the truth, and make you feel balanced, or tell you the facts. They want you to feel nervous so that you will trust the state more. So that it will endorse and gratify their power, and really bring control over your life. And ultimately so you can end up being nervous and your cathartic response is to go to the arcade, the mall, the titty club, wherever. Just to offload all the negative feelings… this is a ratings bonanza for all these quote un quote news media people. They know people’s eyes is glued to the screen. They in shock. They in awe. They hurt, like I am hurt right now. And in the interim they gonna try to sell you every widget and digit and every other useless damn thing that you can imagine. Cuz they got you. You captive. It’s an old axiom in news, if it bleeds it leads. So they gotta make sure people stay bleeding. »

« The problem is, people’s lack of compassion and care. For themselves, and for their fellow human beings. That’s what gets all of this nonsense going. We don’t treat each other well. We need to treat each other better than what we are doing. And we need to stop giving our allegiance to people who are mistreating us. And the governments, particularly the U.S. government, many of the Western governments. They are mistreating their own citizens and the people around the world. And it has to stop. »

« Why’s these ugly knuckleheads with ties, and lifelong pensions, representing the people? You don’t represent the people. You represent yourself. You represent the banks. You represent the corporations. You represent the N____ that keep the tanks running the world crushing people. And digging resources out the earth to mold them into guns that murder. Talking about we making the world safer. You destroying the world. The world that we all got to share. And they so dumb, that they think they gon’ build some high fence where they can dominate the world from a striking safe distance, and they won’t be in misery. Let me tell you what my grandfather used to tell me. To keep a man in the hole, you gotta get in that hole with him. Some part of you is in that hole. If you trying to keep him in that hole, some part of your mind and your spirit is right there in that hole with him. Whoever you diggin’ a hole for, you really diggin’ it for yourself. »

À LIRE :   Les jeux vidéo rendraient-ils violent ?

 

« J’aimerais que tous ceux qui sont tristes pour Paris soient aussi tristes et furieux qu’en ce qui concerne Tamir Rice. »

« Fermer ces frontières ne ramènera pas ces personnes disparues. Pas une seule d’entre elles. Et s’il s’agit de prévention, c’est n’importe quoi. Je ne pense pas que François Hollande knows anymore about the Parisian people than ISIS. Comme d’habitude, leur réaction est de plonger la population dans une panique toujours plus grande, plus frénétique… Il n’y a rien de sage dans ce genre de réactions. C’est juste fait pour nous plonger dans une phase réactionnaire. Et pour qu’on commence à regarder nos frères humains avec suspicion, haine, et jugement. »

« Au fait, les gens peuvent se la fermer. Je vis à Paris. J’ai joué au Bataclan. L’un de mes amis proches a perdu quelqu’un… J’aurais aimé que mon français soit meilleur, j’aurais pu parler directement aux Français. Écoute mec, ne deviens pas un vendu. Ne les laisse pas te faire croire qu’ils font attention à toi. »

« Qui est plus violent que l’Etat contre l’humanité ? Les gens réagissent quand il s’agit de deux centaines de personnes qu’ils peuvent voir et regarder. Mais personne ne réagit quand ils ‘agit d’un demi million de gamins irakiens. C’est une mort par sanction, hein. Comme ces personnes qui vivent un enfer en Palestine. Mais c’est plus important quand ce sont des personnes d’un plus petit groupe, sortis pour essayer de profiter de leur vendredi soir. Alors tu le sens ? Ou quand ça t’arrive. »

« Et ne croyez plus les médias non plus. Parce qu’ils ne sont pas là pour vous donner la vérité et être objectifs, ou pour vous raconter les choses de manière factuelle. Ils veulent vous mettre mal à l’aise pour que vous fassiez plus confiance à l’État. Ils font la promotion de leur pouvoir tout en prenant le contrôle sur votre vie de manière immédiate, comme ça vous finissez angoissés, et votre réaction cathartique est d’aller dans les galeries marchandes, au supermarché, au peep show ou peu importe où. Juste pour vous décharger de vos sentiments négatifs… ça fait de l’audience à toutes les personnes qui passent dans les médias. Ils savent que les gens ont les yeux rivés sur leur écran. Qu’ils sont dans un état de choc. Qu’ils sont sidérés. Qu’ils ont mal, comme j’ai mal en ce moment même. Et pendant la transition, ils vont essayer de te vendre tous les appareils et autres trucs inutiles que tu puisses imaginer. Parce que tu es en leur possession. Toi, le captif. C’est un vieil axiome aux infos : si ça saigne, ça marche. Alors ils font en sorte que les gens continuent de saigner. »

« Le problème, c’est le manque de compassion et d’attention des gens. Pour eux-mêmes, et pour leurs semblables. C’est ce qui fait que c’est n’importe quoi. On ne se comporte pas bien les uns envers les autres. Il faut qu’on se comporte mieux les uns envers les autres que ce qu’on fait. Et qu’on arrête d’accorder notre fidélité à des personnes qui nous maltraitent. Et aux gouvernements, en particulier le gouvernement américain, et nombre de gouvernements occidentaux. Ils maltraitent leurs propres citoyens et les gens du monde entier. Et il faut que ça cesse. »

« Pourquoi ces affreux crétins à cravate, qui touchent des pensions à vie représentent le peuple ? Vous ne représentez pas les gens. Vous vous représentez vous-mêmes. Vous représentez les banques. Vous représentez les corporations. Vous représentez les tanks à la tête du monde qui écrasent les gens. Vous puisez les ressources de la terre pour les transformer en flingues meurtriers. En disant que nous rendons le monde plus sûr. Vous détruisez le monde. Le monde qu’on doit tous partager. Et ils sont tellement bêtes qu’ils pensent qu’ils vont construire une grande barrière depuis laquelle ils pourront dominer le monde par delà une exceptionnelle distance de sécurité, et qu’ils ne connaîtront pas la détresse. Laissez-moi vous dire ce que mon grand-père me disait : pour maintenir un homme dans un trou, il faut être dans ce trou avec lui. Certains d’entre vous sont dans ce trou. Si tu essayes de l’empêcher de sortir de ce trou, une partie de ton esprit et de ton âme est dans ce trou avec lui. Quelle que soit la personne pour laquelle tu creuses, tu le creuses aussi pour toi-même.«