Report : Action Bronson, bête de scène

action bronson trianon paris live

Le 22 septembre, on était au Trianon pour le live d’Action Bronson

Paris. Métro Anvers, un mardi soir pluvieux. Le ciel délavé laisse paisiblement percer la nuit tandis que, dans la rue, entre quelques pancartes en carton de fortune sur lesquelles on peut lire les mêmes mots blasés : “cherche place”, les passants s’agitent. Tous convergent vers le théâtre et ancien music-hall du Trianon pour assister au live du lyricisite en provenance du Queens, Action Bronson. Il faut dire que les deux dates parisiennes de la tournée mondiale de ce Mr Wonderful (les 21 et 22 septembre), impulsées par Free Your Funk et Nous Productions, sont sold-out depuis des semaines.

On loupe la première partie. La salle est déjà pleine à craquer. Ça se bouscule, ça sourit, et ça hurle. A la recherche du meilleur point d’ancrage possible, on se faufile comme on peut entre les mecs et nanas -oui, on est à un concert de hip hop, et les meufs sont bel et bien dans la place !- prêts à bondir dès la première pulsation du show.

La lumière tombe. The Alchemist, le brillant DJ et producteur « aux 600 instrus » -il a produit pour les plus gros noms du hip hop, de Sean Price à Joey Bada$$ en passant par Mobb Deep, Dilated Peoples ou encore Prodigy, et, évidemment, Action Bronson- fait son entrée. Les violons de “Pouches of Tuna” se mettent peu à peu à résonner. Dans la salle, le parquet, sur le point d’exploser, rebondit. On se laisse aller dans la vague compacte qui emporte la foule entière. C’est au tour de l’imposant MC à la barbe rousse en brousse de marcher tranquillement jusqu’au centre de la scène, mic’ et pétard en main. Il en exhale posément l’épaisse fumée tandis que le public bouge, s’élance et lève les bras dans une atmosphère de joyeuse dinguerie.

À LIRE :   La house d’Alex Niggemann vous invite à danser
action bronson trianon paris live action bronson trianon paris live

Durant une trop courte -mais fiévreuse- heure de show, Bronson le Merveilleux enchaînera principalement les (désormais) classiques du récent Mr Wonderful, son second LP sorti en mars 2015, à commencer par « Actin Crazy ». Il s’entourera tour à tour de son cousin albanais Big Body Res et de Meyhem Lauren, tous deux en featuring sur l’EP Rare Chandeliers du maître de cérémonie. Plus tard, on l’écoutera poser les lyrics de « Beautiful Life », puis kicker « Baby Blue », dont il fredonnera le refrain, entre deux phases de rap, comme une rock star à la voix éraillée, accompagné d’un public entonnant à l’unisson : « Why you gotta act like a biiiiitch when I’m with youuuu? Baaaaby girl I’m blue ». Et l’ex-chef cuisto de ponctuer le morceau en s’exclamant : « I’m a fucking shitty singer, I’m sorry ». Ne t’excuse pas, mec, en plus d’être un monstre du hip hop, tu nous régales quand tu pousses la chansonnette.

action bronson trianon paris live action bronson trianon paris live action bronson trianon paris live

Quand The Alchemist balancera les riffs du génial « Easy Rider », c’est encore un ouragan de sauts et de cris qui envahira le Trianon. Parce qu’au fond de nos cœurs, on rêve tous de rouler sur notre putain de Harley au soleil couchant. Le rappeur quittera la scène quelques instants plus tard, en sueur, pour enfin resurgir sous des « Bronson ! Bronson ! Bronson ! » à n’en plus finir.

 

 

Après s’être amusé à jouer du air guitar, et certainement inspiré par les mecs portés à bout de bras au milieu de cette jungle humaine s’étalant sous ses yeux, il se jettera subitement dans la foule pour se faire un petit slam de fin. Lourd. Ce soir-là, on n’a pas eu affaire à un Action Bronson of a bitch, mais à une véritable bête de scène, en somme.

 

Photos par Afterdepth

Publicités