Mary Ellen Mark, la fin de la photographie humaniste

MEK photo3

Un retour sur le travail de Mary Ellen Mark

La photographe Mary Ellen Mark s’est éteinte le 25 mai dernier à New-York à l’âge de 75 ans. Elle est très connue pour ses reportages aux Etats-Unis et ses portraits humanistes. Elle a notamment été publiée dans LIFE, Harpers, le New York Times ou Vanity Fair et fut également membre de la célèbre agence Magnum dans la fin des années 70. 

C’est seulement à l’âge de neuf ans avec un appareil Brownie que Mary Ellen Mark « commença » la photo mais c’est à la fin des années 60 qu’elle débute réellement dans la photographie.

Mary Ellen Mark s’applique a être une photographe humaniste et engagée qui photographia les exclus de la société sous toutes ses formes: « Je suis obsédée par la folie et les marginaux » avait-elle déclarée en 1989.

Son travail le plus marquant reste une commande du magazine LIFE en 1983. Il s’agissait de photographier les enfants des rues de Seattle, ces oubliés des services sociaux ou tout simplement délaissés par leurs parents et ainsi livrés aux dangers de la drogue et la prostitution.

À LIRE :   The Magdalena experience : quand la Californie rencontre la sensualité
MEK photo1

De ce travail, il en ressortira un recueil photographique intitulé « Streetwise«  en plus d’un documentaire réalisé en collaboration avec son mari, Martin Bell. Le film sera même nommé aux Academy Awards en 1984. 

Même si son travail sur les plateaux de cinéma est bien moins connu, elle photographia les acteurs, les actrices mais aussi les réalisateurs, les producteurs et les techniciens.

Durant plus de 40 ans, la photographe a participé à plus d’une centaine de tournages comme: Apocalypse Now de Coppola en 1976, de Tootsie de Pollack en 1982,  de La Planète des Singes de Burton en 2001, ou encore plus récemment d’Australia, de Baz Luhrmann en 2008.

Durant toute sa carrière Mary Ellen Mark s’appliqua à sa passion pour les marginaux: aveugles, fugueurs, prostituées, sans-abri, malades mentaux, drogués, paumés, gens du cirque, gitans, mères adolescentes… Le tout avec une très grande esthétique de l’empathie propre à elle-même.

MEK photo5 MEK photo4 MEK photo2 MEK photo