Faire la couverture d’un magazine distribué dans l’avion ça vous tente ?

Youtube Follow Openminded

magazine

Une compagnie aérienne crée un magazine qui s’adapte à chaque passager

 Que tu sois né avec ton mac sur les genoux ou que, pour toi, tablette rime encore avec chocolat, tu ne peux nier la qualité de l’ultra-connectivité quant à la profusion de l’information. A tel point qu’aujourd’hui tout – ou presque – est connecté. Du bracelet de festival au magazine que l’on te distribue dans l’avion. En 2015 il semblerait que « connexion » devienne tristement synonyme d’intrusion. 

Vous pensiez que la loi sur la surveillance généralisée était la pire chose qui pourrait arriver à votre intimité. Détrompez vous. Désormais, certaines compagnies aériennes proposent de créer un magazine dont le contenu s’adapte au lecteur. C’est la compagnie italienne TAM qui est à l’initiative de ce projet 2.0 avec « The Ownboard Magazine« , entièrement personnalisé.
Lorsque que vous prenez votre billet, vous connectez votre page Facebook au site internet puis toutes vos données sont analysées pour vous permettre lors de votre montée à bord de disposer d’un magazine unique et surtout à votre image – au sens propre puisque votre photo est en couverture.
Magazine
Vous n’avez plus le droit à l’erreur. Imaginez, que vous ayez « liké » un soir de solitude la page Facebook de Marc Dorcel, quel sera le résultat ? Une double page sur les dernières inventions en matière de canards vibrants ?
Pourquoi pas des toilettes publiques connectées qui proposent un papier toilette en fonction de votre profil Facebook. « Vous avez indiqué avoir dîné hier soir à la Maison du Cassoulet, voici donc du triple épaisseur« .
Pire encore, ce magazine sera la parfaite occasion pour la compagnie aérienne de revendre vos précieuses informations et d’offrir à qui sort son carnet de chèque votre profil numérique complet.
Alors avant d’offrir  fièrement vos informations personnelles pour bénéficier de ce magazine, nous vous conseillons de refaire un tour sur le web-documentaire « Do Not Track« , histoire d’être réellement au courant de tout ce que cela implique .