Drenge ou comment j’ai passé une nuit sans rap ni electro

drenge-1

Drenge : A la rencontre de la nouvelle scène grunge

Chez Open Minded c’est comme un sacerdoce, nous écoutons toutes les musiques. C’est pour nous un véritable devoir d’exigence que de nous confronter à tous les genres et musiciens, sauf peut-être Serge Lama, Beyonce, Claude François, Cher, David Hasselhoff, David Guetta, et surtout pas Booba (là, je l’ai calé smoothie, sachant qu’avec un peu de chance personne de la rédaction n’aura le temps de lire cet article).

Oui, Oui, je vous entends là commencer à hurler des : «CE N’EST PAS TRES OPEN MINDED TOUT CA » ou encore « NARROW MINDED ».

Mais pour rappel, Open Minded ne signifie pas accepter tout et son contraire, ce pourrait être assimilé à être un faux cul ou à de l’opportunisme. Donc, comme c’est moi qui écris l’article je dis ce que je veux, mais je reste à votre disposition pour tout débat d’idées.

Bon reprenons le court de cette histoire. Donc oui, au sein de la rédaction nous écoutons énormément de choses différentes, quitte à ce que chacun mette un casque afin d’éviter d’en venir aux mains.

Donc petite découverte de la semaine : DRENGE ??? Mais qu’est-ce que c’est ? Bon, on s’est renseigné et on a découvert que Drenge signifiait ………… Garçon en Danois.

Bon, vous me direz on est super avancé avec cette information.

drenge-2

Rentrons dans le vif du sujet en parlant d’un duo britannique, frères de surcroît, Eoin et Rory Loveless, qui réinvente le Grunge le tout dans une influence post punk. Un son lourd, une orchestration directe avec des riffs mortellement efficaces.

Oui on sait, c’est quoi cette histoire ? Depuis quand chez Open Minded on parle de gros sons qui vont victimiser tes oreilles chastes de  jeunes (ou vieux) narvalos ?

Vieux du Rap, fan d’électro intransigeant, détournez-vous tout de suite de cet article car il pourrait bien causer votre perte, sauf si la curiosité est votre ressort et là pour le coup laissez-vous guider dans l’univers de Drenge.

Là, coup de cœur pour ce groupe qui vient de sortir son second Opus, « UNDERTOE ».

L’album se compose de 11 titres. Petite préférence pour les morceaux, « The Snake », « Favourite son », « We can do what we want » ou encore le titre éponyme de l’album.

Afin de nous rendre compte de quoi il retournait, je prends sous le bras mon narvalo rockeur du dimanche, direction La Flèche d’or pour voir ce jeune groupe formé en 2011.

Invasion sonore au rendez-vous.

Drenge, en quelques accords, fait vibrer les murs fragiles de la capitale. Une heure de concert bien rodé, efficace, un grunge à la hauteur de l’écoute des albums. Seul bémol, il en faut, un public parisien qui confond concert et musique de salon. Bref, pas de pogo, pourtant on était chaud.

drenge-3

Mais comme on est des dingues, on s’est dit qu’on allait aussi faire une petite discussion avec les 2 frérots, histoire d’en apprendre plus.

Bon, de suite, je leur explique que je préfère qu’ils évitent de faire un selfie avec moi, anonymat oblige (oui je suis dans la nécessité absolue d’être sur mes gardes depuis qu’un certain Sam B me menace parce que j’ai critiqué ouvertement la trap).

Interview   

drenge-4

Depuis les années 2000, on voit éclore de nombreux groupes de rock avec une formation en duo (White Stripes, Black Keys, last Shadow Puppets, Royal Blood), qu’est ce qui a motivé votre choix ?

On n’avait personne d’autre pour rejoindre notre groupe. On aimait les White Stripes quand on était jeune mais de nombreux groupes locaux dans notre ville étaient des duos. Plusieurs scènes où nous avons joué ne pouvaient pas supporter plus qu’une batterie, donc les groupes avec plus de deux ou trois personnes ça aurait semblé bizarre.

À LIRE :   La sélection des albums attendus pour 2015

Drenge signifie garçon en Danois, d’où est venu le nom du groupe ?

Cette idée est ressortie à la suite d’un voyage d’échange au Danemark que mon frère a fait. Ce mot faisait partie d’une poignée de mots danois qu’on avait appris. Il signifie « garçon ». La prononciation est différente au Danemark, donc, il y a pas mal de puristes du langage danois qui n’ont pas vraiment apprécié que tout le monde prononce ce mot en version anglicisée.

 On a trop facilement tendance à mettre les groupes dans des cases de nos jours, je suppose que vous êtes souvent associés au Grunge mais ce dernier album ne semble clairement pas se limité à ce mouvement. Quelles furent vos inspirations/influences pour ce dernier album ?

Rory et moi sommes de très grands fans de musique, et on aime écouter une large variété de musiques contemporaines. Je pense que sur cet enregistrement on s’est légèrement plus ouvert à notre côté pop. Nous n’avions pas peur des refrains.

Vous jouez à Dour cet été, prêts pour slammer dans la boue ?

Ouais, carrément. Du moment que ça ne salit pas mes pédales, la boue ne me dérange pas.

drenge-6

 

 Une fois le concert fini, Drenge dans la vie de tous les jours c’est comment, aussi explosif que l’album ?

Plutôt réfléchi et ennuyeux. On essaye et on s’assure que les gens comprennent que la violence et l’agressivité dans un autre travail ne continue pas en dehors de la musique. J’ai l’impression que notre fonction/rôle en tant que groupe est de laisser les personnes libérer leur agressivité, mais de manière positive et non violente.

La pochette de l’album est très colorée, d’où vient-elle ? Est-ce pour contraster le côté grunge et dark de l’album ?

Ouais, on voulait des éléments de couleur rouge, jaune et vert dans l’image, mais ils ont tous des teintes foncées. Je pense que l’album aussi est coloré, musicalement parlant.

On sent beaucoup d’influences shoegaze tirées des années 90. Comment essayez-vous de mener cette inspiration avec les tendances actuelles ?

Du point de vue de la guitare, j’aime les distorsions, les overdrives et l’imprécision, mais j’aime aussi les modulations. On utilise un petit peu de modulation dans le dernier disque, mais c’était plutôt sec dans l’ensemble.  Sur cet album, je me sentais plus à l’aise pour habiller les chansons de refrains, de flange et de trem.

L’album est clairement taillé pour la scène étant donné l’énergie dégagée. Est ce votre volonté ? Comment le public accueille-t-il le show en live ?

On est à la base un groupe live donc ça se traduit dans tout ce qu’on fait. Le temps au studio est un luxe, mais on est conscient que ce que l’on enregistre deviendra une tournée live, donc on garde toujours cette notion là au-dessus de nos têtes dans tout ce que l’on fait.

drenge-5

Evidemment tu ne pourras pas échapper à Drenge durant cet été et tu pourras les retrouver à Nimes pour le « this is not a love song »le 31 mai, à Dour festival le 17 juillet et le 22 août à Charleville Mezieres dans le cadre du Cabaret Vert.

Et comme on est sympa on vous laisse leur dernier clip.