Les Américains déclarent la guerre à la Junk Food industrie.

Américains

La Junk Food made in USA : nouvelle cible des Américains ?

Mc Donalds compte près de 33 000 restaurants, KFC est implanté dans 109 pays, Burger King emploie 30 300 salariés.. La liste est longue et les chiffres effrayants. En parallèle, les Etats Unis restent le pays au taux moyen d’obésité le plus important du monde. En moyenne, 68,5 % des Américains sont en surpoids, et ils pèsent 11kg de plus qu’en 1960 (selon le rapport de Trust for America’s health, septembre 2014). Pourtant, depuis quelques mois, politiques et employés de ces chaînes livrent une bataille à ces grands monstres de la restauration rapide.

Partie d’une manifestation à Durham en Caroline du Nord contre Burger King, la vague s’est rapidement étendue. Les salariés de McDonald, KFC, Walmart (équivalent de notre Carrefour), les aides de soignants à domicile et les ouvriers se sont ralliés à la cause et ils sont désormais quelques milliers à protester dans près de 200 villes américaines.

Selon les organisateurs, les Etats Unis sont entrain d’assister à la plus grande protestation de travailleurs mal payés dans l’histoire américaine. Leurs revendications sont principalement financières.

Américains

Le salaire minimum n’a pas été augmenté depuis 7 ans en Amérique. Là bas, pour survire ils sont nombreux à avoir deux voire trois jobs. Tout ça doit cesser, et ils réclament désormais près du double de leurs honoraires actuelles soit 15$ de l’heure. Leur slogan « Fight For 15 » est sur toutes les lèvres et toutes les pancartes.

Ils bénéficient d’un soutient fort de Barack Obama qui, dans son combat pour réduire les inégalités, souhaite augmenter le salaire minimum de près de 40%. Ce n’est pas les 15$ demandés par les manifestants mais, cela témoigne d’une volonté de changement. Le porte parole de la Maison Blanche s’est exprimé à ce sujet: « le président a depuis longtemps soutenu l’idée d’une hausse du salaire minimum afin que les Américains qui travaillent dur puissent avec un salaire décent (…) puissent nourrir leur famille et joindre les deux bouts ».

En attendant, à New York l’ébullition est encore forte.

Si vous voulez les soutenir, c’est ici.