Viens manifester si tu tiens à ta vie privée !

Mannifestation

Dire non à une vie privée susceptible de devenir publique.

Au premier jour d’examen et de débat du projet de loi relatif au renseignement, plusieurs associations et syndicats se sont réunis pour appeler à la contestation. Une manifestation aura lieu ce lundi 13 Avril, à 12h30 place Edouart Herriot (Paris) pour dire non à la surveillance généralisée. Parmi ces opposants, on compte, l’observatoire des libertés du numérique, le syndicat des avocats de France le syndicat de magistrature, Creis-Terminal, Quadriature du net, LDH mais également Amnesty International, Attac, la Fondation Copernic ou encore Solidaires. 

Pourtant présentée comme indispensable par le gouvernement, cette proposition de loi divise plus qu’elle ne rassemble. Mais que propose t-elle réellement et surtout, pourquoi dérange t-elle autant ? Explications

3 mois après l’attentat de Charlie Hebdo, les menaces terroristes n’ont jamais été aussi importantes. C’est pour tenter d’y répondre et les supprimer le plus efficacement possible que le gouvernement a lancé ce projet de loi sur le renseignement. Cela passe en premier par l’éradication des menaces en matières de terrorisme et des « 1200 profils menaçants qui propagent sur Internet » leurs haine et idéaux terroristes.

Cependant, ce n’est pas la cible visée qui semble irriter les opposants, mais les recours mis en place pour parvenir à l’atteindre. Pour résumer, l’état souhaite rendre légal ce qui, en matière de surveillance, ne l’était pas. C’est-à-dire autoriser des techniques d’accès à l’information dans des lieux privés jusqu’alors uniquement réservés aux enquêtes judiciaires. On parle ici de tout ce que tu as pu voir dans un bon film policier : micro, caméra, mouchard.. (On en parle ici et ici)

 

manifestation

Dans cette lignée, deux nouveaux systèmes de renseignement vont être utilisés. Les « boîtes noires » et les « Imsi-catchers ».

Les « boîtes noires » sont des programmes informatiques pouvant recueillir toutes les informations des opérateurs et des hébergeurs de « signal faible » c’est-à-dire, l’ensemble de nos comportements sur Internet et téléphone.

En parallèle, l’Imsi-catcher est une sorte de fausse antenne téléphonique qui capte nos données. A l’image d’un James Bond, ce dispositif peut rentrer dans une valise. Placé dans un lieu déterminé, il va émettre un signal équivalent à celui d’une antenne. Les appareils électroniques de la zone dans laquelle la valise se trouve vont alors chercher à l’atteindre et à s’y connecter. Bingo, ils pourront entendre et lire tout ce qu’il se passe sur les téléphones et ordinateurs du secteur.

À LIRE :   « Higher » le nouveau morceau de SBTRKT feat Raury

Et il est le problème car ils inversent tout un processus.

Manifestation

 

Désormais, il ne s’agit plus de partir d’une cible pour trouver une information mais de partir d’une information pour atteindre une cible. Même si le gouvernement promet qu’il supprimera toutes les données « inutiles » dans les 30 jours, cela soulève tout de même de nombreuses problématiques.

La première c’est que Jean-mi*, agent de surveillance depuis 34 ans pourra connaître toute votre vie et lire tous vos messages (en caleçon, juste après avoir regardé « faîtes entrer l’accusé »). Plus sérieusement, ces dispositifs sont très intrusifs et la possibilité qu’ils nuisent à nos libertés individuelles est grande.

Et puis, comment différentier une donnée utile d’une autre qui ne l’est pas. Quand on sait que pour le ministre de la défense, Jean Yves le Drian « un comportement typique d’une personne favorable au mouvement Djiadiste est celui de quelqu’un qui se précipite sur les vidéos de décapitation au moment où elles sont postées » les risques de raccourcis font peur.

Le gouvernement a décidé de soumettre directement ce texte à la procédure accélérée alors qu’il est rempli de zones d’ombres et d’interrogations. Tous les citoyens sont concernés et c’est à nous d’agir avant qu’il ne soit trop tard. Alors tant pis pour la pause dej, si tu tiens à ta liberté viens manifester !

*Si vous voulez savoir si vous êtes susceptibles d’être espionné par Jean-mi, Libération a mit au point un test.