L’art de frauder (et de mettre une quille) à la RATP

ratpf raude

La RATP n’aura bientôt plus aucun secret pour toi.

A la fin de cet article, tu risques fortement de déchiqueter ton pass Navigo en criant haut et fort  » A mort la RATP ! » Je ne pourrais être plus d’accord avec toi – je les hais de tout mon coeur, mais un conseil : ne le fais pas.

Le génialissime article de Rafale circule sur Internet depuis un moment et à force de se rendre détestable, la RATP nous a fait adorer les différentes tactiques presque infaillibles pour frauder .

Chez Open Minded, dès qu’il faut mettre des bâtons dans les roues de cette agence de transport au summum de son art , on est là . On serait même dans la rue, pancarte à la main et microphone à la bouche pour manifester contre leur bêtise qui n’en finit plus de grandir si on était pas trop occupés à cultiver notre narvalisme.

Je parie même que j’arriverais à convaincre certains agents de se rallier à notre cause – ne serait-ce que pour se plaindre de ces uniformes, tellement laids. Enfin, cela ne nous regarde pas , comme ils disent et , je vous avoue que c’est bien plus drôle de vous raconter comment frauder la RATP chaque jour que Dieu fait.

Le premier conseil reste de toujours avoir sur soi un ticket de métro vierge. 1.80 euros, voyez ça comme un investissement pour tous les trajets que vous allez faire sans jamais le poinçonner.

Il ne vous reste plus qu’à enjamber les tourniquets du métro ou à profiter d’une âme charitable qui se saigne chaque mois en payant les 70 euros de son Pass Navigo pour passer en douce avec elle – le collé serré est de mise, pour la bonne cause.

lol ratp

 

Pour le reste, tout est une question d’entraide, d’observation et d’un peu d’ingéniosité.

En théorie, les contrôleurs RATP évitent les heures de pointe et privilégient les grosses stations comme Châtelet, République, Montparnasse.

À LIRE :   Creamy bakery, une histoire de cupcake et de mode !

Bien sûr, les quelques neurones qui s’agitent au coeur du siège de la RATP ont pondu l’idée que des contrôles aléatoires dans des stations presque inconnues pouvaient avoir leur petit effet. Ne nous blâmez pas donc si vous vous faîtes contrôler en sortant de La Chapelle ou d’ Assemblée Nationale.

Si en sortant du métro, vous sentez des embouteillages ou des ralentissements dans les sous-terrains : remontez dedans, les contrôleurs ne sont jamais loin. Si par malheur, vous rêvassez et vous retrouvez face à face avec le sosie de Whoopy Goldberg embourbée dans son uniforme trop serré, FUYEZ.

Le délit de fuite n’existe pas avec les contrôleurs RATP, ils ne peuvent pas vous poursuivre même s’ils ont clairement vu votre petit manège – voilà qui nous consolerait presque. Pour autant, si vous n’arrivez pas à lui échapper, restez courtois avec la contrôleuse.

D’abord, parce qu’avant de rentrer dans la pire compagnie de France derrière la SNCF, elle avait forcément un coeur et qu’elle pourrait s’en rappeler en matant votre joli minois mais surtout parce qu’elle peut aussi augmenter votre amende si vous la malmenez. Payez l’amende tout de suite vous coûtera deux fois moins cher que votre Pass Navigo mensuel – la fraude, ça vous gagne.

Pour le reste, vous pouvez aussi compter sur la générosité de vos partenaires voyageurs qui laissent souvent leur ticket sur leur siège de bus ou encore sur les bornes de métro pour les plus sympas. Les tickets sont valables deux heures.

Là vous vous dites, comment je peux deviner à quelle heure il a été validé ? Une image valant souvent mieux qu’un bon discours, je vous laisse avec ce magnifique schéma qui va révolutionner vos voyages en commun :

ratp fraude

Alors, heureux ?