Facebook se lance à la chasse aux faux comptes.

Facebook

Quand Facebook décide de changer ton nom de profil

Comme sur la plupart des réseaux sociaux, la charte d’utilisation incite les utilisateurs à mentionner leur identité authentique et les éléments à ne pas dévoiler ou à éviter pendant la création d’un compte Facebook afin de garantir la sécurité entre ces membres.

Le plus actifs des réseaux sociaux compte 1,393 milliards d’utilisateurs et les profils dits « suspects » sont constamment vérifiés. Selon Facebook, les équipes de modération analysent les profits au quotidien, basé sur l’identité réelle des utilisateurs et non sur leurs pseudonymes d’où la demande d’une pièce d’identité comme justificatif.

Bienvenue dans le contrôle virtuel

La politique mise en place par Facebook concernant les faux noms n’a pas changé depuis sa création il y a onze ans. Ce sont les signalements des membres ou l’utilisation de noms absurdes poussant à la polémique qui sont à l’origine des fermetures ou blocage de compte.

heklin,a

De plus en plus touchée par cette politique, la communauté drag-queen est montée au créneau car l’utilisation de faux noms est souvent vitale pour certains de leurs membres.

À LIRE :   What's App t'offre 7 minutes chrono pour te sortir de la merde.

Steven Heklina Grygelko en a fait les frais le 17 septembre l’accès à son compte FB a été bloqué et il a dû divulguer sa véritable identité pour retrouver l’accès à son compte alors que sa carrière de drag-queen s’était fondée sur son nom de scène Heklina sans jamais poser de problème.

Plusieurs histoires du même genre ont vu le jour depuis la création de Facebook : le policier écossais Gavin McGowan a été suspendu par Facebook pour avoir rentré son nom en langue gaélique d’Ecosse donnant  « Gabhan Mac A Ghobhainn ».

En 2011, c’est l’écrivain britannique Salman Rushdie connu pour son dévouement à l’art satirique qui a été suspendu par Facebook pour ne pas avoir divulgué l’intégralité de son nom « Ahmed Salman Rushdie ».

rushdie
Publicités