Cher pote bourré, grâce à toi j’ai loupé le dernier métro

cher-pote-bourre-lettre

Cette lettre à ressortir chaque semaine à un pote différent

Voilà, on a trouvé la solution pour répondre à l’incontournable « mec j’ai fait quoi hier soir? Je ne me souviens de rien… ». On a donc écrit une lettre type, à balancer à chacun puisque de toute façon, tout ou en parti se reproduira chaque semaine.

cher-pote-bourre-lettre

Cher pote bourré,

Si je t’écris aujourd’hui, c’est pour te dire qu’une fois de plus et grâce à toi, samedi, j’ai loupé le dernier métro. Enfin on a loupé le dernier métro, mais vu que tu ne t’en souviens pas je dis « je » car je trouve que ça fait plus solennel. Bref, peu importe le métro à vrai dire car je passais une bonne soirée et j’étais bien éméchée. Mais toi… Ah toi. Tu étais déchiré, une fois de plus. Rhum, vodka, tequila, whisky… Tu répétais en continu « Rien ne nous arrête ». Je te traînais partout, tu criais, tu tombais, tu saluais tous les gens que tu croyais connaître dans la rue du haut du balcon, tu n’en connaissais pourtant aucun. Certains sont même montés. Bon je vais pas te faire une leçon de morale hein, on avait pas mal bu, mais merde en sortant tu as voulu courir et j’ai du te rattraper, tu as voulu vomir et… Tu as vomi. Bref, grâce à toi on a loupé le dernier métro, on a voulu prendre un taxi qui nous a évidemment refusé à moins de me porter caution pour que tu ne vomisses pas, c’était tenter le diable. Alors on a marché jusqu’au Noctilien dans lequel tu t’es endormi. J’ai fini par te réveiller et j’ai même réussi à te monter dans ma petite chambre, un exploit vu nos états. Le lendemain, tu m’as envoyé un message pour me demander ce que tu avais fait en détail « Mec, j’me souviens de rien c’est ouf. Racontes moi tout ». Je sais que tu veux savoir si le texto envoyé à ton ex est de toi et oui… Il l’est – d’ailleurs il y a une application pour éviter ça. – On t’a dit de ne pas le faire mais tu trouvais ça tellement drôle de lui envoyer une photo de lui dégueulasse avec annoté « non je ne regrette riiiiiiiiien ». Il faut avouer que tu avais la fibre artistique ce soir là, ah oui. Tu chantais, tu dansais et tu dessinais des bites sur nos bras, beau carnage. On a commencé à 20h, le but étant de sortir en boîte après notre apéro, ce n’était pas jouable pour toi, refusé à 1h30 à l’entrée, c’est là que notre périple a commencé. J’ai eu l’impression de re-vivre samedi dernier et j’ai comme l’impression d’écrire ce qu’il se passera encore samedi prochain, du coup je le mets noir sur blanc et je le sortirai à nouveau.

Merci pour ce moment.cher-pote-bourre-lettre