La légende du nouvel an ou comment tu vas réussir 2015.

time to drink

2015, l’année de tous les possibles… ou pas.

Dans quinze jours, on tire -enfin- un trait sur 2014. Bientôt, il est minuit – on attend le décompte comme si notre vie ou le cours de l’univers allait changer au moment précis où les deux aiguilles se retrouvent sur le 12.

Les moins chanceux – quoique – passeront en 2015 avec Arthur et son décompte légendaire, les plus déter seront en boîte de nuit pour espérer pécho la femme de leur vie dans les dernières minutes de 2014 et la plupart d’entre nous seront avec leurs potes en mode narvalo pour fêter cette putain d’année comme il se doit, comme n’importe quel vendredi.

Pourtant personne ne le sait encore, mais si tu veux réussir ta vie pendant les douze prochains mois, il ne faut pas que tu rates tes premières heures de 2015, par peur des représailles. Je vous entends d’ici, c’est quoi cette légende inventée de toutes pièces pour qu’on évite de vomir/mourir/subir  à la tombée des bouteilles de champ’ et de la nuit ?

Moi aussi, je pensais que c’était une légende de meufs fans de Taylor Swift et puis… NON. Non, parce que j’ai vécu cette très mauvaise expérience de rater mes premières heures de 2013 et je m’en rappellerais toute ma vie.

Nouvel an horloge à minuit

 

Je suis à Londres pour la première fois, je fête la nouvelle année dans un loft incroyable à Brisbane -loin – avec vue sur la Tamise. Tout se passe bien, on a chanté les Spice Girls dans le bus, la soirée va être folle.

Puis…Il est 3 h, je prends une substance inconnue sur le balcon et ma vie dégénère. Je me retrouve à 5h dans un taxi pour rentrer à l’hôtel, je pense que ma vessie va exploser et je peux pas checker sur Google si on peut réellement en mourir.

À LIRE :   Tu as déjà bu de l'alcool... par ton anus ?

8h30, maintenant je me demande si on peut mourir de douleur à la mâchoire mais j’ai toujours pas le temps de vérifier, je dois aller visiter Londres et prendre mon avion… que je vais rater, mais je le sais pas encore.

Le Big Ben, j’adore, j’ai l’espoir de croiser Kate Moss ou Beckham, à la place je croise ma mère hystérique qui comprend qu’on aura jamais l’avion puisque j’ai mal lu le billet. On arrive à l’aéroport en un temps record, on passe les bornes de sécurité, je me fais fouiller de fond en comble, ils peuvent y aller, toute la drogue est – encore – en moi mais certainement pas dans mes valises. 

big ben

On arrive enfin dans l’avion… puis Paris, la correspondance pour le Sud est en retard. On est dimanche, rien est ouvert et je boufferais un âne, tellement je meurs de faim. Je pleure, j’insulte les agents Air France, tout près de ceux de la RATP dans mon coeur – c’est vous dire- et je m’en vais fumer dans les chiottes, comme une rebelle.

Voilà, mes premières heures de 2013, c’était à peu de choses près mon idée de l’horreur sur Terre et ça s’est répercuté sur les six premiers mois de ma vie en 2013. Là, vous vous dites que c’est juste le hasard de la vie mais ça fait longtemps qu’on a décidé tous ensemble de pas laisser le hasard diriger nos vies, non ? On s’emmerderait cruellement sinon.

Alors, à vous de voir si vous voulez passer du côté obscur de la force pendant les six prochains de mois… ce n’est qu’une légende – la même qui dit que 2pac n’est pas mort. Je serai vous, je lui ferai confiance.

2015