La gueule de bois qui fait mal pour la SNCF


grecc80ve-sncf-couleurs1

Une soirée crêpes et du ‘ti punch un dimanche soir de février et la SCNF se met (encore) en grève.

BREAKING NEWS La SNCF est en grève ! Ou doit-on dire en vacances ? Je ne sais plus, je n’arrive même plus à faire la différence puisque j’ai la douce impression que les employés de la société nationale de chemin de fer sont les plus gros fainéants de la planète, ceux qui réussiraient à convaincre le plus travailleur des hommes à se joindre à eux, tellement leur boulot consiste à se poser le cul sur une chaise et, c’est prouvé, tester des cocktails exotiques le dimanche.

Alors, oui, les pauvres, ils supportent le sifflotement incessant des locomotives du XXIème siècle et sont tenus de porter un uniforme gris et violet chaque jour que Dieu fait, avec un béret qui a comme seule tache de les rendre encore un peu plus intelligents qu’ils ne le sont.

Pour ça, ils n’ont pas encore protesté alors que c’est bien là leur talon d’Achille : leur look reconnaissable parmi tant d’autres qui fait qu’avant qu’ils ouvrent la bouche, ils sont déjà catalogués. Leur réputation est tellement souillée qu’aucune fille/aucun mec n’oserait avouer qu’il est employé(e) à la SNCF ni à son rencard, ni même à ses parents. Car s’il fut un temps où travailler à la SNCF était synonyme de réussite, aujourd’hui, c’est synonyme de chute libre.

sncf

Les cheminots les plus peinards du monde sont en grève en ce mois de septembre parce qu’ils sont fautifs. Pour une fois, ils ne protestent pas pour leur salaire jugé bien trop bas par rapport à la charge intense, voire irrationnelle, de travail fourni durant leur temps de travail mais parce qu’ils ont organisé une soirée crêpes clandestine qui a bien failli finir en orgie aromatisée au rhum et qu’ils se sont fait choper. Explications.

Un dimanche frisquet de février, une dizaine d’employés de la SNCF a décidé d’organiser une soirée crêpes pour célébrer la Chandeleur . L’un deux branché cuisine a rapporté du rhum à ajouter dans la pâte à crêpes. Sauf que, voilà, un dimanche soir, les bureaux de la SNCF sont encore plus vides que d’habitude et le plus casse-cou d’entre eux, s’est dit qu’un petit cocktail Rhum/piment ne pouvait faire de mal à personne. Les voilà tous entrain de trinquer autour du verre de l’amitié sans savoir qu’un de leur collègue filme la scène depuis le début. Pour garder un souvenir de la complicité légendaire entre cheminots ou pour tuer l’ennui ? Personne ne le sait.

Ils protestent donc en guise de soutien parce que deux d’entre eux passent aujourd’hui en conseil de discipline pour avoir bu lors de cette soirée.

Alors, si vous aviez prévu de quitter Paris pour l’air frais de la campagne en prenant les lignes J ou L du transilien, vous savez désormais à qui vous en prendre, pour changer.

 

previsions-trafic-greve-sncf_13-juin-2013