Mangabey – Metropolitan

mangabey

J’sais pas si c’est le cas dans tout le pays mais il y a comme un air de vacances dans le fond de l’air. Le soleil fait son retour et n’est plus si feuj que ça.  Une clope, un dernier rayon de soleil, une terrasse et une release pour couronner le tout.
Une taffe et on trace. Direction Bambousek, label français fondé par Jeremie Graeslin (aka Slowz) et François Chassaing (aka Promknight) qui en impose avec un roster déjà bien rempli après un peu plus d’un an d’existence. Des releases, y’en a eu et y’en a encore. S’il vous faut des exemples, retenez donc les deux compilations Midnight (ici) et Happy New Rave () qui sont toutes en name your price. L’occasion de faire un petit geste en lâchant quelques € au lieu d’aller les mettre dans une canette au distributeur.

bambousek label

Les bases étant posées. Focus sur Mangabey. #rime

Le jeune toulousain a commencé avec un piano, tout seul, comme un grand et a très vite compris que la vraie vérité pouvait se cacher au pied de l’arc en ciel ou bien dans des synthétiseurs analogiques et machines à rythmes binaires. Tout ça enregistré dans un direct des plus live pour arriver à une house authentique. Le genre de bail qui t’annonce que Mangabey ne pousse pas de CD mais jouera ça en live prochainement.
En dehors de ce déluge d’infos, le producteur simiesque arrive un nouvel EP : Metropolitan sorti il y a déjà quelques temps. Complétement passé inaperçu, il fallait bien contrer cette malédiction et en parler. Music meant to be shared après tout et voilà une release qui mérite qu’on s’y penche !

On commence avec Sunbath qui s’impose comme un plongeon. Fondu vers l’absorption qui sera confirmée avec la basse et ce vocal qui assurera votre chute vers un Candy Rock plus rugueux avec un beat frénétique en contraste avec un synthé tout éthéré.


Vient ensuite Metropolitan, titre éponyme, qui s’installe à coups de vocaux comme la cartouche house qu’il manquait jusqu’alors. La Windy City n’est pas loin et pourrait même se rapprocher avec The Edge et ses breaks. Tu le sens le dancefloor là ?

The Edge est aussi le morceau sur lequel tu prends la drogue. Je ne sais pas laquelle et je ne t’incite pas à l’essayer mais celle qui te fait partir loin. Fini le délire urbain et dur. Prends tout le coton que tu as à disposition et – comme dans la pub – retrouve toi sur un nuage de Kinder avec Between The Stems. Jusqu’à son nom, le son t’invite à un voyage. Tu bouges pas mais tu pars loii[…]iin pour rejoindre l’arc en ciel cité plus haut et le soleil cité encore plus haut (dans le ciel).

Au final, Metropolitan c’est :
– des synthés,
– des vocaux,
– du soleil,
– du coton,
– un EP de Mangabey qui n’en est pas à son coup d’essai. Va voir donc faire un tour sur son soundcloud (ici) et pourquoi pas son facebook (encore ici)
– une belle release de Bambousek
de la drogue ???

Pieral Ucinogène