Bill Viola s’invite au Grand Palais

Bill Viola, immersion sensorielle

Bill Viola, le grand plongeon émotionnel

Tu aimes les oeuvres mystiques, atypiques et apocalyptiques? Tu seras alors servie avec le vidéaste Bill Viola qui nous reviens tout droit des states. L’artiste joue avec le temps pour aborder des thèmes de l’existence tels que la vie, la mort, le rêve, l’eau ou encore le feu. Il expérimente une nouvelle forme d’art en mêlant le signal électronique et en trafiquant des images animées. Il aborde donc la vidéo en terme de signal et non d’image.

Après un petit voyage en Orient afin d’entamer une quête psychique dans le milieu des années 70, Bill Viola trouve son maitre spirituel et décide alors d’inviter son spectateur dans un cheminement émotionnel. Pour comprendre l’artiste tu vas devoir te concentrer plus de 2 minutes, faire un effort pour te détacher du temps et te laisser immerger par les longues vidéos hypnotisantes de ce génie qui trouve le monde trop rapide.

L’artiste déniche son inspiration à travers les peintres italiens de la renaissance. Ces derniers feraient partis d’une époque qui communique l’experience humaine que ce soit la naissance, la mort, la douleur ou la souffrance. Il puise également dans les nombreux rituels de croyances en allant du christianisme au taoïsme. L’art serait « le processus pour essayer de réveiller l’âme »

À LIRE :   Kaos Temple : l'enceinte sacrée de la street culture

On retrouve approximativement l’élément de l’eau dans toutes ses oeuvres. Bill Viola sent une réelle complémentarité avec cette dernière. À l’âge de 6 ans, alors qu’il était à deux doigts de se noyer, l’artiste s’est senti submerger par l’eau suivi d’un réel bonheur. Depuis elle représente la beauté, l’entre-deux entre la vie et la mort. Son oeuvre Tristan’s Ascension (The Sound of a Mountain Under a Waterfall, 2005) retranscrit l’ascension de l’âme dans l’espace après la mort. Ici une chute d’eau qui s’écoule de façon inversée et qui soulève le corps inerte de notre chère Tristan.



Ou encore Fire Woman (2005) où la silhouette d’une femme avance longuement vers nous alors que se trouve derrière un feu titanesque. Jusqu’à ce qu’elle se faceplant subitement dans une eau invisible à nos yeux. Une vidéo surprenante où notre regard évolue et déplace son attention.

En bref, tu prend ta journée, tu pose ton RTT et tu vas au Grand Palais afin de découvrir 40 ans de travail du Jean-Paul II de la vidéo.

Ca se passe ici

Rendez lui visite sur son site