L’album du jour, j’ai nommé Crime in The City de Kojak

kojak - crime in he city

Kojak, quand la french touch signe la BO de la série Derrick führt die Ermittlungen in der Bronxstrasse.

La semaine dernière nous étions revenus sur le début des années 2000 avec Wuz. Belle époque pendant laquelle french touch commençait à s’installer. On se penche aujourd’hui sur ces temps immémoriaux où la France était à l’avant garde de la musique avec un groupe français, Kojak qui a plus que marqué cette époque. Laissez de côté les idées reçues selon lesquelles cette vague se limiterait à des styles disco ou funky avec de gros samples de pute, Crime in The City est le parfait exemple de tout ce qu’on peut ranger dans le crate de la french touch.
Sorti en 1999 chez Pro-Zac Trax, cet album se concentre sur une house brute très orientée Hip-Hop. Les 3 français frappent très fort dans le monde de la house avec un premier album sombre. Avec une petite extrapolation douteuse, Crime In the City serait la BO d’un Derrick sur la fin muté dans le Bronx. Tantôt jazzy, tantôt funk avec cette teinte globale hip-hop, la house du trio est profonde. Les basses viennent vous faire frissonner et les kicks vous rappellent la violence du quotidien des forces de l’ordre et sont appuyés par des parties vocales « West Coast ».

À LIRE :   Les concepteurs font du ski « Stick, Crack and Fixe »

A la moitié de l’album, on se retrouve face à Hold Me, la pièce maitresse de l’album. Un morceau totalement house avec tout ce qu’il faut pour en faire un classique. Une maitrise des samples parfaite, du scratch et la bonne grosse basse qui ronronne font de cette track une des plus dynamiques du disque. Cette prod fait largement le taff et vient s’accoupler à merveille avec le reste de l’album qui nous propose une house sans défauts qui sera récompensé par un grand succès dans le monde entier à l’ époque où les artistes français avaient réputation.

C’était mieux avant.

OPN & 10TPW en cavale.