L’album du jour, j’ai nommé Night Trip de Neptune Safari

neptune safari

Si le MH370 n’est pas revenu, Neptune l’est avec son premier EP : Night Trip

Aaaah, la musique… Depuis les premiers instants de notre humanité jusqu’à nos dernières conneries, elle a toujours été là. D’abord classique sans la moindre explication et, aujourd’hui, vue comme à la pointe de la technologie et pour laquelle certains ne sont pas encore prêts, il ne se passe pas un jour sans que l’on ne soit exposé à elle. Synchronisée pour coller à une pub ou simplement diffusée pleine balle par ce voisin qui ferait mieux de revoir sa culture, elle est là. Mais, chez Open Minded, on frappe le voisin et on emmerde la pub pour se tourner vers des artistes qui méritent d’être connus. Voila donc un album, un artiste, un choix parmi tant d’autre qu’on aurait pu faire, une option qui sera notre album pour la journée. De quoi lutter face aux conneries de la SNCF, de la RATP et de toutes ces autres erreurs que notre monde refait chaque jour. Bref, aujourd’hui on part avec Neptune Safari qui s’impose avec son Night Trip. 

Alors que la nuit tombait sur notre France adorée, un événement astral s’est produit et que la presse se penche encore sur le vol MH370, un jeune homme porté disparu a fait son retour sur notre bonne vieille planète après un séjour aux confins de l’univers. Neptune Safari nous revient en effet, après quelques releases, avec un premier opus qui fait le point sur cette odyssée spatiale : Night Trip. Un premier EP qui vient tout juste de se rajouter au catalogue de Yunizon.
Si Stephen Hawking avait eu dans l’idée de produire de la musique au lieu de nous parler des quelques trucs qui se passent au dessus de nos têtes, il ne fait aucun doute que sa musique aurait pris des allures de ce que Neptune nous propose aujourd’hui. Des mélodies entêtantes sans être chiantes sur lesquelles on retrouve son talent de bassiste – Fred Falke a dû jouer son rôle de précurseur à ce niveau là – qui permet aux productions de sonner modernes tout en conservant ce petit accent oldschool qui fait toute la magie du son de Neptune. Si trip il y a eu, le trajet ne s’est pas fait tout seul mais parfaitement accompagné de la voix de l’anglaise Clara La San qui débauchera l’imagination de certains et fera chavirer les autres. D’ailleurs, c’est ce titre que Edward NewgateFunk LeBlanc et les français de Rise&Fool se sont mis en tête de reprendre à leur sauce.
Le premier s’approprie la voix de la belle londonienne pour la rendre plus hypnotique que jamais, m’sieur LeBlanc y met une touche indie dance à coup de synthés fous et – last but not least – les Rise&Fool vont faire la joie des clubbers avec une version qui s’inscrira sans le moindre mal dans les DJ Set de quelques platinistes avisés.

À LIRE :   Le naturel mis à nu de Basement Fox

En quelques mots de plus poétiques, Neptune Safari reste un gamin rêveur qui fait de sa cabane un vaisseau spatial avec lequel il se dirige vers trois constellations dont Pyxis. Si le tigre sur la cover (signé Sandra Ollier) est Hobbes est-il Calvin ?

Posologie : au calme avec un café ou autre.

OPN × 10TPW comptent les étoiles.