Europunk l’exposition à chier

Flyer Europunk

Europunk ? Ils auraient du l’appeler Eurovisions ça n’aurait rien changé !

On ne va pas se mentir, chez Open Minded il y a une guerre certaine entre les pros Hip Hop, les pros musique « éléctronique » et les anciens Punks-rockeurs toujours vivants. Donc quand on a entendu que s’organisait une exposition sur le punk, ce mouvement anarchique et musical qui foutait un sacré bordel au milieu des années 70, on s’est dit qu’on ne pouvait manquer ça. Cette précision importe car on a été à deux : le jeune rappeur fou et le vieux keupon qui continue à emmerder la planète !

 

Le jeune rappeur fou –
Sur le chemin, sachant que je n’y connais strictement rien, je me suis dis que j’allais forcément découvrir moultes nouvelles choses et comprendre pourquoi on parle encore aujourd’hui des Ramones, Sex Pistols et autre Clash qui tuent sa mère. On arrive à l’expo, on paye nos 9 balles (ils ont les moyens les keupons devenus Bobos), on pose nos affaires aux vestiaires et là première vanne même pas rentré j’entends derrière moi :

« Monsieur, sachez que les appareils photos sont interdits dans l’exposition entière » (pouah comment j’ai rigolé en regardant le vieux, ouai super ton mouvement anarchique…)

On entre dans le truc peint en noir, donc pour le côté destroy on repassera, cet endroit est tellement aseptisé qu’il collerait parfaitement à un défilé haute couture pour Chanel. Première salle, j’abandonne le vieux pour lire l’historique des Sex Pistols et je me dis « Putain ils avaient vraiment l’air trop véner les types» mais nom de dieu ça ne se ressent absolument pas. Point positif le travail de Vivienne Westwood avec ses aigles, ses croix gammées qui emmerdent ses enfoirés de Nazis sur un fond de Anarchy in the UK ça avait l’air d’être la folie.

Vivienne-Westwood-Euro-Punk

On continue l’expo avec les créations de Bazooka Productions qui méritent le détour sans se mentir, on sent la touche Beaux Arts revisités avec les chartes graphiques de l’époque, ça envoie du lourd et les bastardos tapaient toutes leurs compositions sans In Design (vanne de graphiste).

Fin de l’exposition sur un mix entre un album des Clash et une salle dédiée à Joy Division, avec une imagerie bien moins bordélique très cadrée, les tons sont neutres, les typos à bâton, les couleurs noires ou sombres, le détail fait tout bref j’adore ! Une vanne pour finir l’expo :

 » Cool ton mouvement super trop révolutionnaire qui a duré 5 ans et qu’on peut donc résumer en une exposition de 20 minutes, en fond noir ? « 

 

Joy-Division-Euro-Punk
Joy Division

 

 

Le vieux keupon –

Bon ne tournons pas autour du pot. L’initiative de rétablir dans l’histoire culturelle le mouvement désordonné du punk me semblait intéressant. La possibilité de voir ou revoir des affiches, des skeuds et tracts en tout genre, voilà une initiative heureuse. Donc, c’est d’un pas joyeux que nous nous dirigions vers ce temple institutionnel crédité par l’Etat.

À LIRE :   FEADZ Instant Alpha release party w/ PEDRO WINTER, ELLEN ALLIEN @ Social Club

J’aurais dû en revanche me renseigner sur le commissaire de l’exposition (rien que le mot commissaire me fout les boules). Déjà la cité de la musique, bof, mais Éric de Chassey, Directeur de la Villa Medicis à Rome, historien de l’art, là c’est la loose.

Manifestation-Punks-Euro-Punk
Des manifs de keupons

Allez petite visite guidée pour se marrer et pleurer ensuite.

 

3 pauvres salles totalement noires (et oui l’orga a été cherché ça loin, le noir symbole de l’Anarchie…. Pfff il y’a du cerveau en surchauffe là), la première autour des Sex Pistols. Bon comment dire une expo des fringues de Westwood pour Johnny Rotten, quelques affiches, des disques, un historique…. Et voilà, fini. Pas de Nancy, pas d’univers, rien. Où est le désordre, la furie, le fuck the society, cette revendication de liberté et de tout foutre en l’air. On est loin de »Anarchy in the UK » dans l’à-propos.

 

Sex-Pistols-Euro-Punk

 

Comme nous avons à faire à un personnage de l’histoire de l’art la seconde salle est dédiée à Bazooka et à différentes illustrations. Et là, on veut une fois de plus hiérarchiser. On range tout derrière de belles vitrines, on organise, on impose un système de pensée unique et totalitaire à une aspiration anarchique.

Allez, la dernière, direct Joy Division, mais pas The Cure par exemple. Je vous passe le fait qu’en musique d’ambiance (youhou !!! on est trop rebelle) passe en boucle un morceau des pistols et un de joy div.

The-Clash-Euro-Punk

 

A la trappe, Nina Hagen, Killing Joke et j’en passe et des meilleurs, les Toys Dolls, allez une petite image etc…  En effet, le mouvement de protestation est réduit à des miniatures disséminées sur des parois par année, où (là j’ai été perdu complet) sont inscrits les éléments marquants politiques et autres. C’est certain que la révolution Iranienne de 1979 a considérablement affecté le mouvement Punk…..

Bref, si vous vous attendez à rentrer dans le temple  du Punk, restez dehors. Certes, il y a des bornes d’écoute, des vidéos. Ok. Mais bon, insuffisant. Un titre alléchant pour un bon vieux truc bien daubique. On est loin de l’image de la révolution de ces années là.

Allez, on termine avec un peu d’optimisme. Le meilleur : INTERDIT DE PRENDRE DES PHOTOS. Une cohorte de vigiles pour surveiller nos faits et gestes, un bon petit état policier. Il ne manque que le car de CRS et tout est bene.

Allez, « NO FUN » !

CRS manif moche