Sentir l’odeur de la taule : la Shtar Academy

shtar

Shtar Academy : Tu veux sentir l’odeur de la taule ?

La question préférée de Booba représente bien l’esprit du rap français de Miami : l’oseille. Mouloud Mansouri reprend l’idée première du rap à valeur « documentaire », qui décrit le mode de vie des renois du ghetto, qui dénonce le racisme toujours dominant et qui rapporte la galère liée à la thune et donc aux drogues. Dans cette même lignée, la taule fait partie pour beaucoup de rappeurs de leur entourage ou d’un moment de leur vie. « Pas de bonne carrière sans un passage par la prison » diront certains; ok, pourquoi pas mais ça fait quoi ?

Seth Gueko et Mister You ont parlé, Lunatic a parlé, TLF a parlé … La Shtar Academy a une ambition plus forte : faire parler les prisonniers de la prison pendant qu’ils sont en prison. L’enjeu est de donner un point de vue de l’intérieur pendant que les mecs sont enfermés, à la différence de ceux qui en parlent a posteriori, pour bien montrer le décalage avec l’extérieur (l’isolement, la solitude …). Mouloud Mansouri, ex-prisonnier passionné de hip-hop, avait déjà décidé d’organiser un concert en prison alors qu’il était détenu; le premier étant réussi, il arrive à mettre sur pied plus de 200 concerts. L’idée de la Shtar Academy lui vient alors et il organise un casting dans la prison de Luynes à Aix, sur 200 mecs (les critères sont strictes : pas de meurtre, pas de viol), 3 ont été retenu : Badri, Malik et Mirak.

Aidés et soutenus par des pointures du rap céfran comme Nemir, Soprano ou encore Alonzo des PS4, les trois loubards sortent ont sortis leur premier clip « Les portes du pénitencier » (hi Johnny). Encore incarcérés, des acteurs ont du tourner le clip à leur place, mais le résultat est là, c’est sorti et ça tourne (JT de France 2, s’il vous plait mesdames, messieurs). L’album sort le 20 Janvier.

dans "Musique"