LOW JACK, vas y baisse d’un ton

lowjack

 

Quand Low Jack monte le son.

Après une performance notable lors de la dernière Boiler Room parisienne, Low Jack nous prouve une fois de plus qu’il sait mettre la barre haut, très haut. Sa musique est pointue, froide, et on sent clairement les envies d’expérimentations du type. Sorti en septembre, il ne faudrait pas oublier de mentionner l’EP Slow Dance de monsieur Low, paru chez Get the Curse.

Autre moitié du duo Darabi (FUTURISTIC DISCO CODEINE HOUSE BOOGIE & SOUL, je cite) avec Dang Khoa, Low Jack s’émancipe seul et il le fait bien. Sa techno est glaciale, on retrouve des sonorités qui ne sont pas sans nous rappeler celles des usines; ça tape et ça grésille mais les basses sont fondamentalement lourdes. La renommée de Low Jack commence à se faire sentir mais s’étend grâce à son travail avec Qoso, chez In Paradisum, pour Like It Soft. Un petit détour par le label Delsin lui permet de sortir Free Pyjamas, un nom cool qui donne envie d’écouter ça confortablement aussi bien en club que chez toi. Toujours dans l’univers synthétique avec des rythmes presque venus de l’observation des bêtes sauvages, Low Jack prépare un album que l’on a hâte d’entendre.

Ne soyez pas dégoutés, pour patienter, Low sera à la Concrete dimanche 8 prochain. Allez voir ce que vous disent vos oreilles. Encore trop pressés ? Allez écouter son podcast pour Sonotown, qui est excellent.