La pub incompréhensible de la semaine – Bleu de Chanel

chanel pub scorsese

Quand Chanel passe, le bleu trépasse

Dans cette rubrique, on a décidé, non pas de vous voler vos euros cachés sous votre matelas mais simplement les deux neurones qui se battent encore en duel à la fin de la coupure pub. Une fois que les slogans, les musiques et les images ont fini de faire de votre cerveau une soupe sans nom. Comment ? En revenant sur les meilleures, les plus belles et les plus incompréhensibles pubs sorties tout droit des cerveaux liquéfiés de deux ou trois créatifs en manque d’humour.

En attendant que nos chers publicitaires nous ressortent des bonnes daubes, on fait un petit retour de trois ans en arrière avec le retour de Martin (Scorsese) dans la pub (quand je dis retour, c’est parce qu’après quelques recherches, il s’avère qu’il n’en est pas à son premier coup d’essai)  il a l’honneur, le plaisir, de se trouver dans notre chère rubrique de la pub incompréhensible avec Bleu de Chanel. C’est pas parce que c’est Scorsese que c’est forcément bien.
Ne crachons pas dans la soupe, techniquement parlant la pub est très bien réalisée : beaux mouvements de caméra, bon rythme visuel bla-bla mais on ne comprend pourquoi d’un coup Gaspard se vénère, et tout se fracasse autour de lui. Le format pub est mal choisit et on ne comprend pas non plus le début de l’histoire. Alors oui, dans le principe on suppose que le personnage affirme sa volonté de liberté, de non conformisme et toute ses conneries de revendication, c’est un peu comme le droit de vote des femmes, une grosse connerie franchement. Bref, tout ça pour dire qu’on a pas comprit. Ma conclusion pue, comme cette pub.

À LIRE :   Tim Frawley : les usines désaffectées australiennes, ces temples du graff

En revanche, celle-ci on la comprend mieux :

Publicités