Excuse my french / Chill Bump

chill bump bellevilloise

Excuse my french / Chill Bump – le report non alcoolisé

Samedi 23h, je me réveille en sursaut – Merde ! La Bellevilloise, putain j’suis à la bourre ! – à ce moment précis, je suis en plein déphasage (vous pourrez aller vérifier le sens de ce mot, ça ne veut surement rien dire). Couchée à 15h, je me réveille des heures plus tard, je me demande quel jour on est l’espace d’une minute, juste le temps pour me rappeler que ce soir je suis censée être à la soirée Excuse My french. Pas le temps de réfléchir plus longtemps, je prends mon rer préféré (le B, sisi !) et me dirige, la tête dans le cul, vers mon point de rendez-vous.
Menilmontant, je rejoins ma pote et c’est parti pour l’ascension de cette rue qui me paraît interminable. Il est 1h du mat’, la soirée a déjà bien débuté, je découvre le duo WYD, un mélange de sons, d’afro beat, de saxo, de trompette, un rythme qui ne peut que te donner envie de bouger. Un bon son pour débuter ma soirée, un son qui me réveille parce que j’suis à deux doigts de me poser sur un des sièges en haut et taper une sieste tellement j’suis crevée. Entre deux, je décide d’aller me chercher un verre d’eau (pas de thune + gueule de bois) et me poser pour fumer une clope à l’air libre.

excuse my french concert
Miscellaneous & Bankal

La dernière fois que j’ai vu Chill Bump, c’était à l’occasion de la première partie de Foreign Beggars à l’EMB Sannois. Bon, cette fois là, on va dire que je n’avais pas vraiment assisté au concert étant donné que j’étais arrivée pour le rappel (par contre, l’interview, je l’avais vraiment faite, ici). Je reviens avec un deuxième verre d’eau à la main en attendant le début du concert. Les tourangeaux (les habitants de Tours, Chill Bump vient de là bas) sont présents, je les entends à côté de moi  » ouai ils viennent de chez nous » mais les parisiens sont aussi au taquet et attendent avec impatience le duo hip hop. La lumière s’éteint, la musique démarre, c’est parti le concert est lancé.

Premier morceau just a sample , histoire de nous mettre doucement dans l’ambiance Chill Bump : une rythmique qui te fait bouger, toujours le même flow percutant de Miscellaneous et Bankal qui ne lâche pas ses platines pour te balancer des prods bien faites comme pour le morceau water boycotter, une question que Miscellaneous n’hésite pas à balancer  » Y’a des alcooliques dans la salle ? » , pour une fois je ne me sens pas concernée, j’ai limite envie de lever mon verre d’eau. Mais vu tous les mecs qui m’ont marché sur le pied, je pense que je dois bien être la seule à ne pas être bourrée, je suis en minorité alors je me tais. Les morceaux s’enchaînent occupy (99%), no pressure, melancholy, et la fameuse snip snip que tout le public reprend tout en mimant le geste des ciseaux (« castration for everybody » je pense que vous avez tous saisi le concept), j’ai moi-même envie de « sniper sniper » tous ceux qui me marchent sur le pied depuis le début mais je relativise, j’passe un peu pour une rabat-joie. On a tous envie de tuer des gens, parfois (ou souvent).

concert emf

Bankal se lance dans une impro de scratch, un truc bien calé qui rajoute un peu plus d’ambiance à la salle déjà bien chauffée, les gens sautent, chantent et à MC de balancer –  » il est roux mais il est fort hein ?! »- Je pense que les roux tiennent très largement leur revanche.
La salle s’assombrit, le duo part. Pas pour longtemps car on en redemande ! It’s alive pour un dernier morceau qui fini par un  » hip-hop is not dead », une phrase qui ne pourrait pas mieux illustrer ce qu’est Chill Bump : un hip-hop propre et travaillé, une performance scénique et musicale, bref même quand vous n’avez dormi que quelques heures en 24h, que vous avez fait un aller-retour chez les keufs, que vous avez plus vu la nuit que le jour en un week-end, Chill Bump ça reste un bon truc pour te remettre bien.

solo scratch

Il est environ 3h du mat’, je commence à lâcher prise, c’est mon 3ème verre d’eau, j’ai pas vraiment la foi de descendre et écouter le 3ème groupe (beaucoup trop de 3 dans cette phrase). On se dirige à l’extérieur, un peu lessivées, on cherche le noctilien. On l’a jamais trouvé (ou il est jamais passé plutôt). Je suis rentrée à 7h du mat’ autant dire que j’ai encore dormi le jour et vécue la nuit.

(la qualité des photos laisse à désirer, j’en ai bien conscience et m’en excuse mais dans mon bordel d’organisation, j’ai oublié l’appareil…)

Facebook Chill Bump
La Bellevilloise