MEDINE : Protest Song

Medine album protest song

A l’occasion de la sortie de son nouvel album Protest Song, on est parti discuter avec Medine pendant 1 heure 30 et voici un petit récapitulatif de ce qui s’est dit !

– Bon Medine pour ceux qui ne te connaissent pas encore, ceux qui vivent encore dans une grotte aujourd’hui raconte nous un peu ton parcours.

Alors je m’appelle Medine j’ai 30 ans je viens de la ville du Havre, j’ai sorti 4 albums le premier c’est 11 septembre, le deuxième Jihad, le troisième Arabian Panther et le dernier c’est Protest Song qui sortira bientôt ( ndlr: le 3 juin). J’ai sorti entre ces albums des projets intermediaires toujours au titre « subversif » table d’écoute et don’t panik. Aujourd’hui je me permets de me définir en tant qu’écrivain car j’ai sorti un bouquin avec Pascal Boniface, un bouquin de discussion.

– Comment tu définirais justement ce livre que tu as sorti

C’est une discussion ! Une bonne discussion que l’on pourrait avoir autour d’une table familiale ou dans un débat télévisé entre deux personnes de générations et de confessions différentes. C’est ce qui rend justement la discussion intéressante.

– Tu défends aujourd’hui le « Protest Song », crois tu encore qu’en 2013 le rap et la musique en générale peut faire changer les mentalités

Moi je crois qu’on change le monde avec un morceau de rap ou une musique, je suis encore de ces personnes qui le pensent profondément, je crois que les grandes avancées sociétales et les grandes émancipations ont du être accompagné par leur lot d’intellectuels, de politiciens, de sportifs mais aussi de musiciens qui ont accompagné ces émancipations. Je pense que la musique a joué le rôle de déclencheur, le rôle de média qui jette les projecteurs sur un phénomène dont on n’a peu ou pas connaissance ou qu’il faudrait approfondir.
Je crois qu’on peut changer en tout cas concernant les problèmes que vivent les quartiers populaires ou que la jeunesse française peut vivre on peut jouer un role la dedans.

– Les années ont passé et je suis un peu devenu un vieux con, j’avais 17 ans quand tu as sorti ton premier album. Comment expliques tu ton évolution sur ces 9 dernières années.

Wah tu me files un coup de vieux là ! Déjà j’ai pris de l’âge et quand tu prends de l’âge tu acquiers un certain recule que tu n’avais pas avant, tu prends des décisions différentes, tu doutes moins ou doutes plus sur certaines questions. Le temps m’a permis d’avoir pas mal de recul sur certaines questions, pendant cette période j’ai sorti pas mal de disque, des disques qui pour moi se ressemble du premier jusqu’à Arabian Panther, se ressemble dans la forme, dans la construction, dans la structure. C’était une volonté de ma part je tenais d’une main de fer mon tracklisting je ne laissais que très peu de place à la spontanéité et c’est une chose qui a changé depuis table d’écoute II ou je me suis laissé aller à la spontanéité. Sur le morceau Trone j’ai changé de BPM donc ça a ralenti mon flow. Il fallait que je raconte des choses plus percutantes donc c’est à ce moment là que j’ai évolué dans la forme. Sur Protest Song on voit vraiment la différence, la structure est différente, les morceaux sont différents, la matrice de certains morceaux, ce qui ne veut pas dire moins intéressantes ou moins bien. Ceux qui s’attendent à du Medine de 2008 ne seront pas bien servi il faut s’attendre à du Medine de 2013 parce que je ne suis pas un dinosaure ces derniers ont disparu par manque d’adaptation. Je veux absolument vivre dans mon époque, m’inspirer des tendances des sonorités et de la musique de mon époque pour être compétitif avec les autres !

– Quelles sont tes influences aujourd’hui ?

J’écoute beaucoup de musique, du rap français de plus en plus de rap américain et ensuite je me détends énormément avec des musiques comme SADE, Bruno Mars, Rihanna . Je passe aussi beaucoup de temps à écouter Renaud parce que je cherche du texte qu’on retrouve de moins en moins dans notre musique actuelle donc il faut que je remonte dans certains albums. Je découvre aujourd’hui Brassens, désolé de ne pas être au courant avant ( l’éducation nationale n’a pas fait son boulot ).

Il y a 8 ans je me disais le rap Américain je n’y comprends rien et le rap que je ne comprends pas ça ne m’intéresse pas. Aujourd’hui que penses tu du rap américain en général ?

Alors je suis d’accord avec toi sur la base mais aujourd’hui je pense différemment. C est vrai que j’avais cet a priori  » Si je ne comprends pas le message je n’écoute pas » ça c’est un peu de ma faute si on n’est pas anglophone c’est de notre faute même ! Aujourd’hui dans un morceau de rap américain je cherche le relief ce qui peut m’apporter en terme d’émotion ce qui va me faire réagir, quelle genre de mélodie va me faire réagir, quelle intensité va mettre le rappeur pour faire vibrer certaines cordes chez moi c’est ce que je recherche purement dans un morceau de rap ricain. Celui que j’écoute c’est Kanye West, je trouve que c’est un génie de la musique; c’est pas le meilleur des rappeurs du monde, je pense que même lui doit avoir l’humilité de dire je ne suis pas le meilleur des rappeurs mais je crois que musicalement c’est quelqu’un d’incroyable. Autant les prods qu’il faisait pour Mos Def, pour Talib Kweli autant sur ces albums à lui c’est ma référence à moi.

– Si aujourd’hui tu devais faire un featuring avec un chanteur français ce serait qui

Renaud sans hésiter !

– J’ai choisi une punchline pour la question suivante « La capitale est sous contrôle taliban des étudiants du livre qui le comprennent comme des ânes ». Est ce que pour toi ce sont les ultras fanatiques qui ternissent l’image de la religion ou les médias ?

C’est un mix des deux. Je pense que certains médias ont des politiques qui stigmatisent, de leur côtés les radicaux enferment certaines personnes de leur communauté et créer un mécanisme de défense chez ces personnes là, c’est ce qu’on appelle les « prophéties auto-réalisatrices ». A force de rappeler que la communauté musulmane sont des terroristes, celle ci met en place des mécanismes de défense, se communautarise davantage et cela créer des agissements qui ne sont pas du fait religieux mais qui existent. Ces agissement sont dénonçable en effet mais aujourd’hui je préfère voir la cause plutôt que la conséquence. Les médias y sont pour quelque chose mais il y a aussi chez les religieux des radicaux complètement fanatisés, des gens qui sont dans leur compréhension et leur lecture complètement à l’ouest.
Ces mêmes personnes qui vont écouter des fatwas d’un « savant » vivant à l’autre bout de la planète alors qu’eux vivent leur deux pieds dans une paire de Nike ici en France. Ces fanatiques là il faut que nous religieux fassions le ménage.

– On continue sur les punchlines made in Medine  » Avant que le cerveau humain ne se change en prothèse, je viens pour chanter du Protest  » Explique nous cette phrase

Il y a un appauvrissement général dans lequel je m’inclus, je vois ma petite sœur, mon frère, mes cousins & cousines, les jeunes que je rencontre, leurs centres de préoccupation, leurs niveaux de culture qui est de plus en plus au ras des pâquerettes. Il y a un appauvrissement intellectuel général qui me désole et fait partie de mes frustrations. Je trouve qu’on vit une époque misérable, basée sur le voyeurisme, les infos qui n’en sont pas, tout ce qui alimente notre quotidien et qui me dégoûte profondément. Et à force d’aller vers la synthèse notre cerveau se transforme en un muscle mort et le cerveau va finir par être une prothèse

– Aujourd’hui c’est accablant que la population s’intéresse plus à Nabilla qu’à la guerre au Mali

C’est exactement ça, je trouve qu’on à un certain intérêt pour des choses qui en sont complètement dépourvu.

– Si je dis que pour moi Medine c’est « Petit cheval » et du « Panjshir à Harlem ». Tu me dis que je suis un réactionnaire ( doublé d’un abruti )ou que ça c’était avant ?

Ah non la je te valide complètement. Ceux sont les deux morceaux que j’ai préféré écrire, que je préfère interpréter en concert. Je te valides à 100%

Voici une liste de chanteur à toi de me dire ce qu’ils représentent pour toi :

Renaud : La chanson contestataire, c’est lui qui a perpétue le courant.

Charles Aznavour : J’ai grandi avec parce que mes parents écoutaient mais ça ne me touche pas plus que ça.

Edith Piaf : J’aime beaucoup la forme, ce qu’elle dégage ses émotions. J’aime beaucoup aussi son histoire d’amour avec Marcel Serdan, j’ai beaucoup aimé la Môme, la fidélité du film. J’aime son parcours c’est une meuf de tess, elle est Thug (rires) . – Il y a eu Edith Piaf puis Kery James . Voilà c’est le chaînon manquant entre Daddy Lord C et Keny Arkana.

Francis Cabrel : J’aime beaucoup Francis Cabrel pour sa posture anti média. Un artiste qui existe, qui vend beaucoup d’album, qui a fait une longue carrière sans avoir joué le jeu des médias. – Qu’est ce que t’as pensé du feat avec Tunisiano sur la Corrida ? Je ne savais pas mais ça m’intéresses d’écouter ça !

Bon la blague de la fin Christophe Maé : Non je ne valide pas, excusez moi mais non !

– Qu’est ce que toute la joyeuse bande d’Open Minded peut te souhaiter pour l’avenir ?

Encore de l’évolution positive, pas de changement, et surtout que cette évolution soit comprise.

– Are you really Open Minded.

TOUJOURS, Everyday !