Couleur Punk A L’Eau

bijoux plexi
Couleur Punk a l’eau

Interview de Sarah – Couleur Punk A l’Eau

On est parti à la rencontre de Sarah, jeune créatrice de bijoux originaux en plexiglas. Après un débat capillaire sur qui avait la coupe de cheveux la plus merdique, on a pu commencer l’interview…

*  Explique nous ton parcours

Mon parcours… J’ai fais Mod’Art, avant j’ai fais une école de modélisme mais après Mod’art en fait, même si la fringue c’est super intéressant, si tu veux créer une société pour commencer il faut vachement d’investissements et du coup c’est assez compliqué. Et donc je me suis dis pourquoi pas l’accessoire ? C’est plus intéressant et puis tout de suite tu peux créer quelque chose de concret.

* Et pourquoi « punk à l’eau » ?

Alors ça en fait, j’avais entendu que Depeche Mode ils avaient trouvés leur nom en attendant dans le studio d’enregistrement. Ils allaient enregistrer mais ils n’avaient pas de nom les mecs et ils ont vu marqué sur un magazine « Depeche Mode » et un jour j’étais chez le médecin et j’ai fais pareil quoi, je feuilletais Libé et y’avait un article qui parlait des Sea Punk (mouvement né aux USA : des ados qui portent plein d’accessoires) et le titre de cet article c’était « couleur punk à l’eau »  et je me suis dis : c’est ça ! Et puis aussi j’fais de la musique,  donc j’voulais un truc en lien avec ça.

* Les visses, les boulons sur tes accessoires, ça vient du côté punk aussi ?

C’est parce que j’ai été élevée par mon père et que j’ai fais de la mécanique et puis j’ai toujours aimé le détournement d’objet. Une de mes période préférée c’est Duchamp, le ready made, tu vois genre tu trouves un truc dans la rue et t’en fais quelque chose d’intéressant donc du coup c’est venu… J’ai fait un trou dans du plexi et je me suis dis « tiens j’vais mettre des boulons »

punk a l'eau accessoires

* Et donc tu t’inspires de quoi pour tes créations ?

Moi c’est les formes géométriques, c’est vraiment ça, un peu comme les trucs japonais genre très carrés. Quand j’étais à l’école j’ai fait ma collection de fin d’année sur les gitans, les trucs un peu plus ethniques mais maintenant j’ai évolué dans mes goût, et je suis beaucoup plus dans un délire futuriste.

* Pourquoi as-tu choisi de travailler le plexiglas et comment tu procèdes ?

Le plexi c’est… C’est infini ! Au début, je le coupais moi-même et c’était une vraie galère ! Je le découpais au cutter, à la scie circulaire alors l’expérience de la scie circulaire pour une gonzesse c’est assez intéressant ! Y’avait rien de droit, des formes qui n’avaient rien à voir, du grand n’importe quoi ! Et en fait un jour j’suis allée chez Weber Metaux, c’est là où j’achète le plexi, et donc je portais une paire de boucle d’oreille que j’avais coupé moi-même donc un peu à l’arrache et là un mec à l’accueil, qui était en fait peintre sur plexi, me sort « ouai elles sont biens vos boucles d’oreilles mais elles sont pas droites ! » donc du coup il m’a filé l’adresse d’une société qui fait des panneaux de signalisation, donc rien à voir avec les bijoux, mais qui fait de la découpe laser, c’est beaucoup mieux qu’une scie circulaire : parce qu’au début dans l’euphorie du truc je voulais carrément m’en acheter une mais ça coute super cher et puis faut que t’ai déjà la table exprès parce que sur une table de cuisine ça le fait pas trop ! Donc ouai, avec le plexi j’ai appris la patience ! Et pour en revenir à la matière, j’aime vraiment la transparence, jouer avec. Et l’avantage avec le plexi c’est que c’est super léger, donc c’est pas comme avec les autres boucles d’oreilles où en milieu de journée t’as l’impression d’avoir des poids accrochés aux oreilles !

bijoux plexi punk a l'eau
Boucles d’oreille en plexi !

* Comment tu décrirais tes collections ?

C’est la géométrie, le rectangle quoi. Et puis c’est une forme qui affine, c’est vrai que souvent on m’a sorti « putain mais t’as un grand cou » et en fait nan nan c’est juste les boucles d’oreilles qui sont rectangulaire et verticales qui donnent cette impression de grandeur. Donc ouai ma collection c’est la géométrie, la transparence.

* Et demain, tu les vois comment tes boucles d’oreilles, quels sont tes projets ?

Je les vois toujours en plexi, peut-être en bois ou en métal. Je les vois plus classes, moins bijou-accessoire, un peu plus haut de gamme en fait. Et j’aimerais bien faire des partenariats parce qu’à la base je les ai faite pour moi mais quand tu commences à vendre ça devient un peu plus mass market et par exemple, j’aime bien m’habiller en fripe pour ne pas porter ce que tout le monde porte et donc je voudrais que les gens qui portent mes accessoires se disent « c’est cool, je les vois pas sur tout le monde » d’où cette idée de partenariats avec des créateurs, peintres etc pour faire des petites séries limitées tout en gardant toujours la forme du rectangle pour garder l’identité de ma marque.

couleur punk a l'eau collection

* Raconte nous ta participation au défilé des jeunes créateurs de l’Atelier Chardon Savard

En fait, j’ai rencontré une fille qui était stagiaire à la Galerie Simone qui m’a dit qu’elle avait une de ses potes qui cherchait des accessoires, et en fait à l’Atelier ils ont vraiment beaucoup de boulot donc elle m’a proposé un partenariat. J’ai vu sa collection de fringues et j’ai vraiment kiffé, et puis fallait que ça me corresponde parce que voilà mes bijoux allait être associés à ça donc c’était parfait pour elle et moi parce que ça m’a permis d’avoir des photos et de la visibilité surtout !

* Qu’est-ce que tu penses aujourd’hui du secteur de la mode en général ?

Je pense aujourd’hui qu’il y a un grand problème, c’est que c’est hyper fermé. C’est-à-dire que tu vas sortir d’une école et que pendant tes années t’as fait plein de stages et donc tu t’es fait plein de contact ou t’as la chance d’être embauché après mais ça reste super rare. Dans la mode, c’est super difficile d’y rentrer, les gens ne te laissent pas accéder à leur « savoir ». Par exemple, j’étais costumière sur le tournage de Coco avant Chanel et j’ai été voir M. Lognon qui fait tous les plis et en fait je lui ai demandé si y’avait moyen de faire un stage chez lui mais il m’a répondu cash : « ah mais non, moi je veux mourir avec mon savoir-faire », ça reflète bien le monde de la mode, ils ne veulent pas partager leurs connaissances.

Mais bon, ce qui est cool c’est qu’à Mod’ Art on était une super bande de potes et on est resté hyper soudés et du coup on s’entraide vraiment, on se suit beaucoup parce que de toute façon on allait tous être logés à la même enseigne donc autant s’aider plutôt que d’être concurrents quoi.

sarah punk a l'eau
Sarah – Couleur Punk a l’Eau

* Et pour toi, quel magasin, quel endroit serait le mieux pour vendre tes bijoux ?

J’aimerais beaucoup être distribué à Londres ou Berlin parce que c’est des villes qui bougent vraiment et j’pense que c’est l’avenir et le passé aussi en fait. Mais j’aime beaucoup Paris, y’a aussi beaucoup de chose à faire ici et donc là j’aimerais bien être chez Colette, des boutiques dans le Marais, ce quartier je pense que c’est le « cœur du poulet », l’autre fois chez Simone la galerie où je vends mes bijoux y’a même une petite vieille qui est venue m’acheter une paire de boucle d’oreille alors que j’aurais jamais pensé vendre à ce type de clientèle !
Mais si je peux ça serait vraiment à l’étranger parce que la clientèle étrangère achète sans se poser forcément de questions contrairement aux français.
Los Angeles aussi, j’kifferai bien faire un petit road trip avec mes boucles d’oreilles et puis aussi pour mon projet musical.

* Après tout ça, are you really open minded ?

Aah… Je pense, j’espère quoi ! I hope, I hope ! L’art c’est ça, t’es obligée d’être ouvert à tout, t’intéresser à toutes les formes d’art, ce qui t’entoure. La plus part de mes inspirations c’est la musique, la peinture, l’architecture, tout l’art en général. C’est ce qui me nourrit tous les jours, ce qui me fait vivre quoi. Ca ne m’arrive plus de ne rien faire. Des fois en soirées je peux me sentir en décalage avec des gens qui ne sont pas forcément créatifs même si j’adore passer du temps avec des gens pas forcément sensible à l’art, c’est quand même différent. J’aime bien quand une soirée se finit en jam session où j’vais chanter, t’as un mec qui va jouer de la flute, un autre qui va taper sur une table et qui va faire un truc de percu… et là ouai, là j’me sens bien parce que j’aime être dans un système où c’est tout le temps créatif. Je m’ennuie jamais en fait, je peux pas concevoir le fait de s’ennuyer.
Ouai et puis dans la mode faut pas croire qu’on détient toutes les vérités, il faut de tout pour faire un monde en fait !

Pour en savoir plus sur Couleur Punk a l’eau, vous pouvez aller checker la page facebook de Sarah ici et découvrez aussi la Galerie Simone !