The Experiment #6 : Le Socle Mural Electrique

prise electrique
Design le socle mural !

Le socle mural electrique – The experiment #6

Nom : Le Socle Mural Electrique
Année de création : vers 1904.
Créateur : Harvey Hubbell.
Nom chimique : connecteur fixe.

The Chemistry Mag, c’est aussi une équipe de techniciens, besoin d’un plombier, d’un électricien ? Carglass peut aller se rhabiller ! On y porte très peu attention, et pourtant nos objets domestiques électroniques y sont intimement liés. Ils fricotent, se titillent et font en sorte que, irrémédiablement, le courant passe ! Une petite connection, un emboitement … hum un frisson-baiser à la Wall-e & « Eveeeeuh ».

Bref, vous l’aurez compris, comme avec la plupart de mes articles, des pulsions à caractère pervers s’enjaille  avant même d’avoir pu expliquer quoique se soit. Pourquoi je m’intéresse à cet objet en particulier cette semaine ? Vous vous rappelez lorsque vous étiez petit et qu’on vous sermonnais « ne mets pas tes doigts dans la prise ». Par A+C, je me suis retrouvé dans ce cas de figure, une fois … ou deux. Mais en soi, mise à part vous donner un début d’érection cardiaque, on en sait pas plus là dessus.

socle mural

Pour faire simple, c’est un connecteur fixe (généralement sur un mur d’où son appellation socle mural) ou bien une fiche, un connecteur étant mobile. Wikipedia le résume assez bien, et au moins, je ne passerais pas pour un détraqué : « Une prise femelle, normalement un socle mural (sinon des rallonges), est chargée de distribuer (sinon de relayer) le courant électrique. Elle reçoit les prises mâles dont le format lui correspond. La prise est constituée pour sa partie accessible de matériaux isolants, les contacts électriques sont placés au fond de trous, très souvent munis d’obturateurs, donc non accessibles en façade (question de sécurité). Sur certains modèles, une broche métallique supplémentaire dépasse du socle, assurant le premier contact électrique entre la prise femelle et la prise mâle ; il s’agit alors du conducteur de protection (terre).

Pour en savoir plus, allez lire la suite de l’article sur The Chemistry !