B. Fleischmann – Welcome Tourist LP

cover welcom tourist
B. Fleishmann

Une bouffée d’air dans ce monde trop gris

Je manque de poésie. De romantisme, d’eau de rose, d’histoires à la Ernest et Célestine. L’actualité m’emmerde, le genre humain m’épuise et la routine m’use. Filez moi du conte de fée, bordel, histoire d’avoir des jolies choses à foutre sous ma plume. Mon inspiration se fane, là, entre la pile de paperasses, les ordonnances et les journaux aux infos puériles, le béton est trop gris pour mon cerveau-patchwork. J’ai envie d’une maison au milieu de rien. Une bicoque en pierre envahie d’rosiers et de lierres, avec des tapis de violettes en mars, de coquelicots en juillet. J’veux pouvoir surprendre un renard entrain de se chercher un terrier, cueillir des fraises des bois à poil un après-midi de canicule. Tu sais, l’genre d’endroit où les hérons font leur escale à leur retour au printemps. J’veux une vie qui aurait pour bande originale « Welcome, tourist » de Fleischmann.

 

fleischmann
B.fleischmann

Oui, OUI je sais, j’aurais pu chroniquer I’m not ready for the grave yet sorti fin 2012 (que je recommande activement), OUI j’aurais pu faire du nouveau, OUI je n’ai même pas fait le dernier Matmos. Oui, je sais tout ça. Mais non. Parce que ce LP vaut vraiment le coup de revenir dessus, que quand il est sorti je jouais encore avec mes Pollypocket et que de toute façon c’est moi qui écris alors fermez vos gueules.

La suite de l’article sur The Chemistry !