Kevin Gates, le Luca Brasi de Baton Rouge

Kevin-Gates-ban2

Kevin Gates, le Luca Brasi de Baton Rouge

Voilà quelques jours, Don Joackim, le tyrannique taulier de la famille SURL me faisait une offre que je ne pouvais pas décemment refuser, même en plein rush de fin de semestre : un article sur une nouvelle tête du rap game, et non des moindres. Kevin Gates. Il y a un peu plus d’un mois de ça, le dernier projet du lascar en question – à écouter en bas de page – s’invitait discrètement dans la sphère Datpiff. Sans trop tarder, The Luca Brasi Story connaissait alors un joli succès d’estime sur les blogs et webzines US spécialisés et était même parfois bombardé meilleure mixtape de l’année (rien que ça !). Dans la foulée, l’outsider de Cash Money signait chez Atlantic Records. À l’aube de la carrière toute neuve de Kevin, SURL te propose un focus sur ce qui s’annonce doucement mais sûrement comme la relève du rap sudiste (le vrai, celui qui a pas l’accent à Jean-Claude Gaudin).

kevin_gates_10

Kevin Gates. Né en 1986 à Baton Rouge, passé par la case prison sans toucher 20 000 $ entre 2009 et 2011, deux larmes d’encre au coin de l’oeil gauche, une étoile au droit; mais surtout, plus intéressant, une voix chaude et grave propice aux refrains soul. Assimilé à tort à Drake ou encore Future à cause de sa propension à alterner rap et chant, Kevin a la crédibilité et le vécu qui font défaut au premier (started from the bottom ? mouais…) et la technique vocale impeccable dont le second pallie les imperfections à renfort d’autotune.
Avant d’être condamné pour possession d’armes et trafic de stupéfiants, le fils prodigue de Baton Rouge ne concevait le rap que comme un loisir, un exutoire ponctuel avant de retourner battre le pavé pour écouler sa marchandise. À sa sortie de taule, il décide d’embrasser la carrière de rappeur en s’appuyant sur une fan base déjà conséquente et avide de nouveautés dans sa ville natale. Il enchaîne les mixtapes, signe sur le label Cash Money mais, de toute évidence, ne bénéficie pas de l’exposition qu’il mérite. Après avoir trop longtemps chauffé le banc de touche à l’ombre des cadors de l’écurie Birdman, Gates s’apprête enfin à briller dans la cour des grands. Une sortie de très bonne facture sous le pseudonyme un peu ingrat de KVN Gates fin 2012, une apparition remarquée sur Wrath Of Caine de Pusha T (« Trust You ») puis dernièrement l’excellente mixtape The Luca Brasi Story lui ont enfin permis de décrocher le sésame vers une carrière pérenne que constitue la signature en major.

La suite de l’article sur surlmag avec toujours plus de sons et de vidéos
luca-brasi-story-cover