Le Fashion Faux-Pas d’Hedi Slimane

Yves Saint Laurent par Hedi Slimane

La découverte du défilé Homme Yves Saint-Laurent pour la collection automne-hiver 2014 a été l’occasion d’expérimenter un ascenseur émotif.
Fan de sa seigneurie Slimane du temps où il officiait chez Dior Homme, j’attendais avec impatience ses créations chez Saint-Laurent, où rappelons-le, il fit ses armes.
Or, première déception pour le défilé femme SS14. Si l’on constatait une constante dans les coloris du couturier (black is black), la réinterprétation du Hippie chic laissait à réfléchir. Cependant, si l’on n’était pas une inconditionnelle du look Calamity Jane, on pouvait toujours se rabattre sur ses costumes taillés à la perfection qui ont fait sa réputation. Un espoir subsistait donc.

C’était sans compter la collection Homme AH14. C’est dans un décors très « Chanel » que le créateur nous reçoit, puisque c’est au Grand Palais qu’il a décidé de présenter sa nouvelle collection Homme.
Pour la comprendre, si tant est que nous puissions la comprendre, il est nécessaire de faire un petit détour par le passé du créateur.
Glissons nous donc dans la peau d’Hedi Slimane.

Le créateur est un passionné de photographie, et s’adonne particulièrement au noir et blanc. Il débute et définit son style chez Yves Saint-Laurent avec sa collection « Black Tie ». C’est pourtant chez Dior qu’il va l’affirmer.
Première chose à savoir donc, Slimane aime le noir et les silhouettes skinnys.

00010h
Photo par 2ND-BLOG-CAFÉ

Le créateur ne reste pas cloîtré dans son studio mais habille les stars du rock : David Bowie, les Libertines, the Kills, Jack White. Artiste accompli, il verse également dans la musique en produisant les bandes-son de ses défilés et collaborent avec des artistes toujours rock et underground. Il va même jusqu’à participer à la création de la pochette de l’album Alphabetical de Phoenix.

Slimane aime le rock.

YSL2

Enfin, en 2007, Slimane quitte la maison Dior et se consacre à la photographie, sa première passion.

Il s’installe à Los Angeles où il entame un cycle californien. Il en sort, entre autres, American Youth : une étude photographique de la jeunesse californienne. Il prépare son opus 2 : « British Youth ».

Slimane nourrit une esthétique de la jeunesse dégingandée et paumée.

Une fois ces précisions faites, son défilé Homme paraît plus compréhensible : une série d’ados aux cheveux longs et à l’allure de zombies (en mode retour de soirée) défilent sur une musique rock mais surtout bruyante. Les jeans troués se marient avec des blousons en cuir, des pulls aux motifs léopards rouge à paillettes, ou des skinnys très skinnys (le bas 19 de Dior est devenu un bas 15).

Si certaines vestes très ajustées restent très belles, le tout donne une démarche très étrange aux mannequins dont on ne ressent que le malaise dans des vêtements aussi serrés.

Print
Photo par youngestindie.com

Bref, cette collection déçoit par son air de « déjà vu en mieux ». A croire que le revival grunge-rock de cette dernière décennie est en train de prendre fin…enfin !


Saint Laurent Paris -Défilé Homme Automne… par afp-mode

Par Justine Forest