Entretien derrière l’objectif avec Ben Lorph

J’avais tranquillement fini de taper ma toute première interview lorsque la très respectée rédactrice en chef du blog m’indiqua qu’il fallait écrire une petite introduction. Quelques jours plus tard, elle me rappela que l’introduction était à faire pour hier. Donc maintenant pour avant-hier. J’introduis donc aujourd’hui cette interview de Ben Lorph, photographe pour le groupe C2C. Et j’espère être parti pour une longue série d’interview aussi cool que celle-ci.

Ben Lorph. 27 ans. Il est simplement lʼune des personnes les plus importantes dans la communication du groupe C2C car il est photographe sur certains live du groupe.

Dʼoù tu viens et où tu habites : Je viens de Bourges et j’y suis revenu en septembre pour y habiter. Ce n’est pas loin de Paris donc c’est plutôt pratique.

Ton Matos : J’utilise un Nikon D700 fx et sinon j’ai un matériel plutôt basique pour ce que je fais : Fisheye 8mm, 50mm et un 28-75mm a ouverture constante. J’ai également un flash que j’utilise le moins souvent possible (Nikon SB-600)

On va maintenant rentrer dans le vif du sujet avec de vraies-fausses questions trouvées complètement au hasard bien sur…

– Comment ta magnifique barbe, qui mʼa lʼair très bien entretenue, est elle devenue, en quelque sorte, ta marque de fabrique?

Je ne pense pas qu’on puisse utiliser le terme « marque de fabrique » mais plutôt de clin d’oeil. Il fallait trouver pour mon nouveau logo quelque chose de simple qui pourrait me représenter, et c’est Akrolab qui m’a fait toutes sortes de propositions aussi cools les unes que les autres dont celle-ci. C’est celle qui était la plus simple et la plus marquante (aussi bien Seb d’Akrolab que moi étions d’accord là dessus), d’ailleurs il plait beaucoup, que ce soit à des personnes qui suivent mon boulot comme aux artistes que je shoot. Ma barbe est devenue sans le vouloir une sorte de signature.

– Depuis quand tu as commencé la photo? Et pourquoi en arriver à cet art, cette passion?

Ca s’est fait assez bizarrement en fait, je suis venu à Paris en 2007 pour faire un BTS communication visuelle après en avoir fini un autre. J’avais déjà commencé à faire un peu de photo depuis 2 ans, mais c’est en allant au Batofar vers novembre 2007 que ça a vraiment commencé, j’y ai fait des photos et par la suite le staff m’a demandé si je voulais bosser avec eux. J’ai lâché mon BTS et pendant environ deux bonnes années j’ai pu shooter pas mal de bons noms de l’électro et du hip-hop et j’ai surtout pu rencontrer différentes personnes qui font qu’aujourd’hui je continue. Il faut aussi ajouter à tout ça que je suis un passionné de musique…

– Par quoi es-tu passé comme domaine avant dʼen arriver aux photos de live?

Par aucun, si ce n’est faire des photos perso pendant les soirées entre potes.

– Et quʼest ce que tu pratiques dʼautre comme style de photos en dehors des lives? Jʼai cru voir beaucoup de photos de rue et de skate mais aussi de lʼurbex en farfouillant!

Effectivement il y a tout le délire street art, les explos urbaines, le skate vite fait mais en mode chill mais j’ai envie de prendre un peu plus de portraits, de personnes sorties de leur contexte.

– Comment en es-tu arrivé à shooter pour les lives de C2C. Un énorme groupe en pleine explosion auprès du «grand public». On les voit partout en ce moment! Cʼest quand même pas nʼimporte qui!

C’est un énorme privilège pour moi de pouvoir les suivre sur quelques dates et d’être proche d’eux, surtout car ce sont des mecs super cools, simples et qui font de la musique que je kiffe depuis que j’ai appris leur existence grâce aux DMC. Et pour répondre à ta question, j’ai rencontré en premier Atom et pFel donc les Beat Torrent par le biais des Soul Square (groupe dont fait également partie Atom) afin de réaliser des photos de presse pour eux. Ensuite j’ai commencé à shooter pour les BT en live et j’ai fini par rencontrer Hocus Pocus, donc 20syl et Greem, ce qui m’a amené à shooter également pour eux quelques fois. C’est simplifié mais voilà comment j’en suis arrivé à bosser avec C2C, et j’avoue avoir un peu levé le doigt au début pour montrer que j’étais là pour les suivre à leur retour.

– Est-ce que lʼorganisation est facile avec des artistes comme eux qui sont connus pour être perfectionnistes à souhait et, surtout en ce moment, très demandés par les médias?

L’organisation se fait bien, elle peut être difficile mais c’est surtout le fait, comme tu l’as mentionné avant, que c’est un carton et que tout va très vite en prenant une ampleur à gérer à tous les niveaux. Et il faut aussi dire que On And On Records fait un excellent boulot, ainsi que les personnes du staff.

– Comment se passe un live de C2C de ton coté? Est-ce que tu arrives à faire ce que tu veux ou ce quʼon te demande?

Un peu comme tous les autres lives en fait, je fais mon truc comme je le sens sans pression. C’est vrai qu’avec eux c’est différent car les salles ou festivals dans lesquels ils jouent sont souvent bien équipés et le staff technique C2C est super bon, donc c’est plus facile pour moi et oui j’arrive complètement à faire ce que je veux.

– Tu es également parti au japon pour un live dʼHocus Pocus et C2C. Je crois que tu as également vu Dj Premier et pas mal dʼautres artistes que je ne connais pas. Raconte-nous!

Je vais essayer de synthétiser car j’ai fait pas mal de trucs là-bas ouais. En premier je vais dire que j’ai squatté pendant deux semaines dans une maison qui appartient au label Groundriddim, dont fait partie le duo Hifana (remix de Down The Road), ensuite j’ai pu effectivement shooter HP, Dj Premier, Gagle & Ovall lors d’un show à Shibuya. Je ne vais peut-être pas parler d’HP et de Premier qui sont les plus connus pour nous, mais plutôt de Gagle et Ovall. Gagle est un groupe japonais de Hip Hop plutôt cool et je vous conseille d’écouter, pour préciser et pour ceux qui connaissent, Mitsu The Beats en fait partie (grand beatmaker et dj). Ensuite Ovall est un groupe plutôt soul-funk de très grande qualité dont fait partie Shingo Suzuki, lui et son groupe ont déjà travaillé avec Hocus Pocus par le passé. J’ai pu participer au Kaikoo festival à Tokyo grâce à Dj Kentaro que je connais bien depuis 2009, il jouait sur le même plateau que QBert ft D-Styles et que Dj Baku (jp). C’était un moment assez fort quand les 4 djs se sont mis à jouer ensemble. Voilà pour le reste c’était la découverte de Tokyo avec les potes du label dont j’ai parlé au début et quelques bons moments de chill aussi. Mes photos parlent mieux pour moi…

Pour ce qui est de C2C, ils avaient fait un secret-show dans le quartier d’Harajuku. Le mini-live était en featuring avec Tucker, un japonais plutôt dingue quand il est sur ses instruments. C’est un espèce d’homme orchestre car il boucle chaque instrument au fur et à mesure pour arriver à sa mélodie de base pour ensuite jouer en live. Du coup le feat. avec C2C est assez énorme. À voir.

– Personnellement, il y a des photographes dont je suis toujours lʼactu car ils font des oeuvres que jʼadore. Est ce que toi aussi tu regardes beaucoup ce qui se fait autour de toi par des jeunes et des moins jeunes que ce soit en photo, en graphisme, en vidéo?

Oui, il y a beaucoup de choses que je suis que ce soit en photo, vidéo, graphisme et street art… Je regarde car je suis curieux mais pas pour que ça ait de l’incidence sur mon travail, bien-sûr je suis inspiré par ce que je vois, mais sans chercher à l’être. Après je peux te citer quelques noms proches de moi dans différents domaines comme Alex0ne en illustration/graf, le studio LVL à Nantes, Akrolab, Arshitect (SoulSquare, il est aussi dans la réalisation de vidéo, clips…) et j’en passe (désolé pour eux)…

– Est-ce que tu as des gros projets photo en cours ou dans ta tête que tu aimerais réaliser? Dis moi tout! Je veux tout savoir!

Les seuls projets photo que j’ai en tête ne sont pas encore bien définis donc je ne préfère pas t’en parler pour le moment et les projets en cours sont de continuer avec C2C et avec les personnes avec qui je bosse.

– Et puis bon, comme cʼest quand même un blog de musique à la base. Cʼest quoi ta playlist du moment? En dehors des tracks de Tetra que tu dois connaitre par coeur je pense!

Ouais je connais par coeur mais je vais avouer un truc, je m’en lasse pas… je suis la pire groupiasse de C2C du monde, «nan je déconne» (presque). Et le pire c’est qu’en ce moment j’écoute pas mal de trucs que j’ai pu shooter comme Dj Kentaro (ndlr: Interview disponible ici) qui vient de sortir un nouvel LP « contrast« , les Foreign Beggars qui viennent aussi de sortir un nouvel LP « The Uprising » ou encore Gagle. J’écoute pas mal de sons hip-hop indépendants que je découvre sur des blog…

– Jʼaime pas la bouffe Japonaise mais quand jʼétais petit je voulais absolument aller dans un resto juste pour prendre mes assiettes sur un petit tapis roulant. Cʼest comment en vrai?

Et moi je nʼaime pas les sushis alors comme ça… Non mais il y a tellement de trucs variés et bons que tu y trouverais ton compte. Sinon pour le tapis roulants je vais être bref c’est pas un truc de ouf, c’est marrant la première fois mais après t’as l’impression d’être à l’aéroport en train d’attendre tes bagages sur le tapis roulant. C’est ma perception…

– Je ne te demanderai pas de mot de la fin car je le connais, je veux juste savoir ce quʼil veut dire? (Ine)

Ahahah ! Bah je vais t’en donner un quand même : content d’arriver à la fin de l’ITW (je ne suis pas vraiment à l’aise dans cet exercice, c’est pour ça) Et sinon Ine (prononce iné) ça veut dire j’aime.

Merci à toi pour avoir pris le temps de me répondre au milieu de nombreux voyages!

Pour découvrir ses photos : Site / Flickr / Facebook

Interview : Greg Vuxta / Traduction : Félix Dubois

Retrouve cet article et plus de photos de Ben Lorph sur The Chemistry magazine