Embarquement à bord du train Douira entre la Mauritanie et le Maroc

Un voyage désertique inspirant 

douira

Léo Coulongeat, baroudeur et auteur de carnets de voyage, est parti  en voyage de un mois dans le train le plus long, le plus lourd et le plus lent au monde, Douira en quête insatiable d’histoires du désert.

douira1

Le périple commence sous la chaleur étouffante de Mauritanie, dont 99% du pays est désertique. Puis après quelques jours dans les familles du désert, il s’engouffre dans son objectif principal, le train Douira, soit l’épine dorsale du Sahara. C’est parti pour un voyage de 20h sous une température extrême oscillant les 45 degrés en pleine journée. Construit dans les années 70 pour acheminer le minerai de fer du Sahara à la côte, le voyage s’étend sur 704 kilomètres. Au fil des immensités désertiques, le temps s’écoule doucement jusqu’à l’arrivée au Maroc.

À LIRE :   Transnistrie, l'Etat qui existe ou pas !
douira-1 douira2 douira3

Un dernier thé et c’est déjà le retour en France, mais Léo Coulongeat a bien évidemment d’autre déserts en tête qu’il va de nouveau fouler pour amasser des grains de sable dans les chaussures, de la poussière dans les yeux mais surtout des souvenirs plein la tête qui façonne en son for intérieur un désert inestimable de rencontres, de sourires et d’aventures mémorables.

douira4

douira5

douira6

douira7

douira8

douira9 

Plus d’informations : Site Léo Coulongeat