Renaissance d’un quartier chaud de Medellin grâce au street art

Une oeuvre « d’impact social »

streetartmedellin

L’artiste français Tarik Bouanani s’est invité dans El Pesebre, pour peindre en couleur ce quartier pauvre et violent de Medellin, en Colombie. Afin de combattre cette violence, l’artiste français de 27 ans s’est armé de son pinceau et d’une volonté implacable de redonner le sourire aux lieux, grâce au street art.

streetartmedellin

Aujourd’hui, une immense fresque colorée recouvre les façades de 230 masures agglutinées à flanc de montagne. Selon l’artiste, « L’objectif était de changer, grâce à l’art, la vision que les gens peuvent avoir de ce quartier et des gens qui y vivent ». Car pour beaucoup, le quartier d’El Pesebre représentait l’image de ses habitants, tristes et délabrés.

À LIRE :   Spinning, une discipline de l'extrême
streetartmedellin

L’initiative a été reçue avec beaucoup de scepticisme à ses débuts ; les habitants d’El Pesebre disaient qu’il était surprenant de voir un étranger venir peindre leurs maisons gratuitement. Cependant, grâce au projet de Tarik Bouanani les locaux reconnaissent que l’oeuvre a apporté plein de vie et de beauté sur des lieux qui paraissaient à l’abandon.

streetartmedellin

Pik&Crok