Photo : le minimalisme architectural du corps par Zoé Croggon

Coup de coeur pour ses photos intemporelles et belles.

Zoé Croggon n’a même pas 30 ans, et déjà un bon paquet d’expositions et de travaux à son actif. D’ailleurs, elle gagne en 2015 le Asia-Pacific Photobook Prize pour son livre de photographies ARC.
Melbourne est connue comme la capitale « sportive et culturelle » de l’Australie, dépassant de loin Sydney. Il n’est pas surprenant de remarquer que de réelles personnalités créatives naissent au sein de cette ville…! Comme Zoé Croggon.

Amoureuse du travail de l’architecte Zaha Hadid, et inspirée par l’architecture contemporaine de Melbourne, la jeune femme donne forme à des collages abstraits et minimalistes où les liens se font naturellement. Elle récupère des images de bâtiments à l’architecture moderne, pour les apposer ensuite à des clichés de danseurs ou sportifs en plein travail. La composition est travaillée dans sa forme la plus épurée, brute et incisive; pour laisser place à une cohérence formelle quasi incroyable. L’esthétique devient vecteur de sens grâce à l’articulation du geste et du béton mise en avant avec le collage ! Alors, la dépendance tacite entre le danseur et l’espace est révélée au grand jour dans une finesse voluptueuse et dynamique.

À LIRE :   Rebekah Campbell : quand photographie rime avec poésie.

ON KIFFE !

photo
Iull
photo
CCP Final #5
photo
Crane
photo
Both Flesh Hand Not #3
photo
Harp #2
photo
Challenger
photo
Fonteyn

Retrouve l’intégralité des collages de Zoé Croggon sur
son site web
son Instagram 

Publicités