De Lincoln à Trump, comment le Parti Républicain est tombé aussi bas ?

La pomme est tombée très loin de l’arbre

Le parti républicain est historiquement le grand parti du « pays des braves ». Formé dans sa forme actuelle dans les années 1850 au cours de la « modernisation de l’économie américaine ». Le parti a acquis une aura morale avec Abraham Lincoln qui n’a pas accepté que les lois esclavagistes se répandent dans le Kansas et le Nebraska. Cette opposition, marquée par la guerre civile a donné au parti républicain une autorité quasi christique qui l’a maintenue au pouvoir jusqu’à la grande dépression de 1929.

lincoln

Le parti est aujourd’hui considéré comme le parti de la upper class et de la finance. Cependant, il a été pendant plus d’un siècle le parti des travailleurs du nord, des fermiers et des noirs. En témoigne les mandats de William McKinley et Théodore Roosevelt au 19è siècle qui ont été marqués par le vote de nombreuses lois sociales en faveur des travailleurs. Théodore Roosevelt est par ailleurs représenté au mont Rushmore aux côtés de Abraham Lincoln et Georges Washington.

Mountrushmore

La seconde guerre mondiale fut une cassure totale pour le parti qui s’est replié sur lui-même, devenant conservateur dans le mauvais sens du terme. La seconde moitié du 20è siècle est en effet marqué par un virage à droite hyper religieux, entre évangélisme et conservatisme le plus dur. Enfermé dans la peur de l’autre et du socialisme, raison de tous les maux sur terre, le parti a perdu le vote des femmes, des noirs et des minorités à l’époque nouvelles comme les hispaniques. Conscient de remodeler sa base électoral, le parti républicain s’est soudainement permis de tenir des propos xénophobes, misogynes et racistes en s’appropriant les thèses suprémacistes chères au KKK.

ltt

Donald Trump est aujourd’hui le résultat de près d’un siècle de xénophobie et de bêtise humaine. Malgré le fait que l’aile modéré du parti se soit élevé contre le milliardaire, Trump a officiellement été présenté comme le candidat républicain à la Convention de Cleveland en début de semaine. Nombre des électeurs traditionnels républicains se sentent aujourd’hui trahis par le choix du parti d’envoyer Trump à la maison blanche, « ce n’est pas pour ça qu’on a gagné le congrès » disait une membre du parti sur Fox news, la chaine conservatrice américaine.

À LIRE :   Le cannabis "Rambo" ou comment prendre un gros K-O

Un parti au service de sa clientèle

Comme en France, les partis politiques pratiquent le clientélisme électorale et les quartiers nord de Marseille sont à Jean Claude Gaudin ce que le sud états-uniens est au parti républicain, une base électorale solide. Richard Nixon l’avait bien compris dans les années 1950-60 en construisant son succès ainsi que celui de son parti dans les régions sudistes. Ses successeurs ont suivi le pas, assurant aux républicains la mainmise sur les institutions pendant près de quarante ans. Mais si Ronald Reagan est aujourd’hui vénéré comme le saint patron de la droite, force est d’admettre qu’il aurait aujourd’hui été considéré comme un modéré au vu des propos délirants de Trump sur l’islam et les mexicains.

trump

Le fait est que même Reagan et la famille Bush savaient faire des compromis et donner du crédit à l’opposition. Ce qui serait aujourd’hui impossible dans la bouche du candidat républicain tant ils rivalisent par leur bêtises. Avoir regagné le congrès en 2014 n’a rien changé de l’intransigeance du parti qui s’éloigne très largement des fondements qui ont fait sa légende. Avec l’obamacare, instaurant une couverture médicale pour les américains les plus pauvres le prouve. Les républicains ont appris qu’à moins d’avoir la maison blanche et la majorité au sénat, il est très difficile d’aller au bout de son programme. Pour les membres du parti, la promulgation de l’obamacare fut vécu comme de l’impuissance là où il fut perçu comme de l’incompétence par les électeurs. Ces derniers préfèrent alors aujourd’hui faire confiance à des individus sans expériences et qui leur disent exactement ce qu’ils veulent entendre.

lincoln to trump

Trump n’est pas un républicain pure souche ou même un conservateur. Il est simplement un opportuniste s’étant découvert un nouveau hobby où il n’est que de lui et non du peuple… Il est un homme d’exclusion là où Lincoln avait réussit au péril de millions de morts à unir le pays.

Il devance toujours Hillary Clinton dans de nombreux sondages. Il faut espérer que d’ici les élections de Novembre, la majorité des américains aura pris la bonne décision.