Les goulags, un autre visage du Soviétisme

goulag

 

Retour sur l’histoire des goulags

Les goulags restent encore aujourd’hui une des atrocités les plus cruelles créées par l’être humain. Le terme de goulag est en fait un acronyme russe signifiant «  administration principale des camps de travail disciplinaire. » Les camps de travaux forcés remontent à la fin du XIXème siècle. A cette époque, les opposants au régime tsariste étaient envoyés en exil mais vivaient relativement tranquillement avec femmes et enfants.

 

goulag

 

Dès le début de l’Union Soviétique, c’est-à-dire en 1922 sous Lénine, l’exil était utilisé comme châtiment et un système de camp de concentration a été mis en place pour y envoyer tous les opposants au régime. La plupart étaient situés dans des zones aux conditions climatiques extrêmes telles que la Sibérie ou l’Extrême Orient. En fonction des camps, le travail différait mais était aussi ingrat. Travail dans les mines pour la plupart, constructions d’infrastructures telles que des routes…Tout cela dans d’atroces conditions.

Mais le pire était à venir. Après la mort de Lénine en 1924, Staline s’empare du pouvoir et tyrannise la population. Il veut décimer le pays de tous ses opposants et n’hésite pas à tuer ou envoyer au goulag n’importe quel contestataire ou même les personnes ayant commis des délits mineurs.

Entassés dans des wagons, le voyage pourtant difficile était loin d’être à l’image de ce qui les attendait une fois arrivés au camp. 12 à 14 heures de travail quotidien, faibles rations de nourriture, temps glacial, de simples couchettes, bien souvent sans couette, leur servaient de lit situés dans des cellules où plus de cinquante prisonniers étaient entassés.

Les gardes chargés de veiller au respect des consignes étaient sans pitié, n’hésitant pas à tuer le premier qui tentait de s’échapper voire à en tuer un au hasard histoire de faire régner la terreur et dissuader toute tentative de rébellion. Pour les quelques « chanceux » parvenus à s’échapper, ce qui les attend dehors n’est pas beaucoup plus prometteur, les goulags étant excentrés de toute activité humaine. Les rares ayant survécus et ayant purgé leur peine se résignaient à s’installer au sein du camp même.

 

goulag

 

Dans ces camps de travail, on y retrouvait de nombreux intellectuels, philosophes, écrivains, pour le plus souvent écartés car critiquant le régime.

A la mort de Staline en 1953, Khrouchtchev prend le pouvoir et condamne les goulags, souhaitant mettre fin au massacre et aux atrocités commises dans ces camps de l’horreur.

Il est difficile de déterminer combien de victimes ces camps ont fait, mais on peut facilement affirmer que Staline est responsable, à lui seul, de la mort de 25 millions de personnes.

Aujourd’hui, le terme de goulag n’est plus d’actualité mais les camps de travail russe – où notamment les Pussy Riot ont été envoyées durant 2 ans après avoir récité une prière punk- semblent prendre des allures de goulag, rappelant une époque funeste.

 

goulag