Le photographe serbe Boogie immortalise les bas-fonds de New-York

hell

L’artiste serbe Boogie photographie les marginaux de New-York

miror

Boogie est le pseudonyme d’un célèbre photographe serbe. Ce dernier est né dans un Belgrade plongé dans le chaos de la guerre. La Serbie résulte des guerres de Yougoslavie, en 1990. L’artiste est parti vivre à New-York, ville à laquelle il a consacré plusieurs séries de photographies. Dans ses autres et très nombreux projets, on compte également des séries sur plusieurs thèmes comme les gangs ou la drogue. Il est également l’un des photographes les plus prisés pour les campagnes de publicités de marques sportwear. Mais il a surtout parcouru le monde pour y faire des photos, on peut citer la ville dont il est originaire comme Belgrade, mais aussi le Brésil, Mexique, Venezuela, Istanbul ou et Tokyo. Ce globe-trotteur capture les parias de nos sociétés dans leur environnement, ce qui fait de lui un photographe humaniste. Par ses clichés on s’accordera à dire qu’il capture uniquement les travers, les excès et la misère des Hommes. Toutes ses photographies sont fortes car elles dégagent beaucoup de mélancolie. Il semblerait que Boogie s’intéresse à tous les démunis, à tous ceux qui souffrent. Sûrement dans une démarche engagée, Boogie capture le regard et l’expression de toutes les âmes en peine qu’ils croisent au détour d’une rue.

À LIRE :   Photo Face-Off, l'émission de télé-réalité consacrée à la photographie
Boogie

 

fix Boogie

Au-delà du New-York que l’on voit dans les films, il y a celui de tous ceux qui luttent chaque jour face à leurs propres faiblesses. Les Hommes trouvent souvent des paradis superficiels pour survivre et nier leurs souffrances comme ils le peuvent. Certains se droguent, d’autres se rattachent à des principes. Il y en a qui l’écrivent sur les murs, et enfin, d’autres ne le cachent plus. Les photographies de Boogie nous montre que peu importe la situation géographie les gens souffrent…

Boogie

Boogie

Boogie

Boogie

Publicités