On a sauvé un lolcat de Minutebuzz

Chat lolcat

Confessions d’un ex-futur lolcat

Imaginez un peu qu’un site comme Minutebuzz écrive moins d’articles de lolcat. Maintenant, imaginez que l’on en ai sauvé un, de lolcat. Imaginez. Nous avons ainsi récolté le témoignage d’un chat qui a bien failli rentrer dans ce business plus que lucratif, et qui nous raconte ce qui aurait pu être son expérience, et qui ne l’a, heureusement, pas été.

Flocon, un chat de 9 ans, revient de loin. Déjà parce qu’il a survécu tant d’années avec un prénom aussi pourri (c’est vrai quoi, qu’est-ce-qu’ils ont tous à appeler leurs chats de manière nulle), et ensuite car il a échappé à ce qu’il estime être « la dernière des humiliations », à savoir : devenir lolcat. Dans le but d’en savoir plus, nous nous sommes donc occupés de lui poser quelques questions.

Tout commence avec une vidéo, une photo, et puis de plus en plus… Et au final on nous force à nous prendre des vitres, à tomber dans l’eau, tout ça pour faire du buzz !

Lolcat chat Flocon
Flocon, 9 ans

« Ils sont nombreux, ces chats, mes confrères, à être exploités par leurs maîtres. Tout ça part d’une vidéo l’air de rien, une photo, et puis de plus en plus… » Flocon part d’un constat sacrément négatif aux premiers abords. « N’étant pas doté d’un physique très avantagé, il aurait été facile pour moi de faire un bon lolcat.  Mon maître m’a pris en photo plusieurs fois, et, heureusement, cela n’a pas été remarqué sur le net. À y réfléchir mon plus grand déshonneur aurait été de faire la Une d’un des sites fanas de lolcats. »

Et, en effet, lorsque l’on voit l’amour total d’Internet pour le lolcat, on se demande si les chats « victimes » ne sont pas floués dès l’entrée dans le business.

Ce sont nos maîtres qui tirent le profit de nos photos, vous croyez qu’on est payé en croquettes ? Bien sûr que non.

Chat lolcat sauvé

À la question « comment vous êtes vous tiré de ce piège ? », Flocon (c’est vrai que c’est sacrément nul comme nom !) nous a simplement répondu qu’il avait réussi à convaincre son maître à coups de griffes à chaque fois qu’il sortait la caméra. Il a également insisté pour présenter notre entretien comme un pilier central de la libération des chats de cette mode du lolcat.

Certains ont pris la grosse tête, d’autres sont tombés en dépression suite à ça. Devenir un lolcat ? Jamais.

Bref, on a sauvé un lolcat de Minutebuzz (enfin, pas tout à fait non plus, mais bon), et on en est fier. Mais on ne peut pas trop non plus lui en vouloir, au célèbre site Internet notamment, et on le comprend presque. Même s’il n’y a guère que Philippe Geluck pour réussir à faire des traits d’esprit et de l’art avec son chat, il faut bien surfer sur des trucs qui marchent.