Pub de la semaine – Reporters sans Frontieres

reporters-sans-frontières-pub

Quand Reporters Sans Frontieres nous met à l’amende 

Fin 2013, Reporters Sans Frontieres, comme chaque année, nous fait une petite piqûre de rappel afin de raviver les consciences sur le fait essentiel de la liberté d’une presse indépendante. Dans les jours sombres, il semble même que les libertés individuelles soient soumises à de nouvelles règles, type surveillance de la NSA et limitation de la liberté de parole, même dans les pays démocratiques. Mais quand est-il donc de nos chers dictateurs qui sans vergogne annihilent le droit à l’expression et de manière plus simple et expéditive, la liberté de vivre s’arrogeant le droit de mort.

Donc oui là, vous êtes en train de vous dire « Oh purée, ils ne vont pas être très drôles! » En même temps, si Bachar El Assad ne nous fait pas vraiment marrer, les frasques sexuelles de Berlusconi ne sont pas pour nous déplaire vu le climat actuel en France. Comment ne pas avoir envie d’enlacer Vladimir Poutine lorsqu’il serre aussi chaleureusement ce chiot tellement mignon  dans ses bras, et que dans notre mémoire vient poindre ce même personnage tel un Rambo moderne sur son cheval ou encore armé d’une Kalachnikov sur des cibles que l’on appelle communément animales (espèces nombreuses allant du quadripèdes au bipèdes) ?

À LIRE :   Eh, une idée d'où aller pour profiter à Dublin ?
poutine-te-fait-un-doigt-reporters-sans-frontieres

Merci à monsieur Bachar el Assad de ce merveilleux moment familial autour d’un gâteau non miné cette fois-ci, preuve qu’il n’y a que vos enfants qui subsistent à cette guerre civile. Et encore merci pour ces feux d’artifice nombreux qui sont distillés très largement à votre population. Que dire de notre Kim Jong-Un à la fête foraine prêt pour un grand 8 et qui, 5 minutes après, prend un gun et dézingue son entourage ! Bien évidemment, nous pourrions aussi développer et débattre sur notre bonne vieille dictature chinoise et les nombreuses subsistantes en Afrique. On évitera dans ce papier d’évoquer la répression, l’emprisonnement et les massacres ethniques que l’on doit à nos chers dictateurs. Quand on voit cela, à n’en point douter, il semble qu’il existe dans un endroit secret, une école de formation à la dictature. On vous laisse donc apprécier, disserter et réfléchir sur cette publicité pleine de sens qui ne doit en aucune manière nous faire oublier nos responsabilités dans ce monde, et que la tolérance est, à n’en point douter, la seule chose qui nous unit.

 

kim-jong-un-doigt-dhonneur-reporters-sans-frontieres-pub