Tupac ressuscité par Blank on Blank

Tupac-blank-on-blank

Blank on Blank s’attaque à une interview de Tupac « On life and death ».

Rares sont les interviews post-mortem des plus grands artistes. Blank on Blank est une série de podcasts dérivés en interviews animés de têtes de proue qui ont marqué l’Histoire américaine soit pas leur talent, soit par leur statut d’incontournables révolutionnaires ou idéalistes. « Famous Names, Lost Interviews » et pas des moindres, puisque la qualité journalistique de ces rush est sans conteste très bonne et la réalisation permet un certain rapprochement avec les personnes interviewées, Fidel Castro, Grace Kelly, Louis Amstrong, les Beastie Boys pour n’en citer que quelques unes … 

 

Le dernier épisode relate d’une interview de Tupac Shakur par le journaliste Benjamin Svetkey en 1994 est une véritable perle rare, non seulement parce qu’il y a peu d’interviews du rappeur où celui-ci se confesse réellement mais surtout car les questions posées entrainent des réponses incroyables entre prospective et introspection. Petit « reminder » pour bien comprendre toute la qualité de cette vidéo : cette année là, Tupac avait seulement 23 ans, si l’on compare le discours d’un type de cet âge là qui se prendrait pour « thug« , il y a moyen de se taper de bonnes barres tellement la différence serait importante.

À LIRE :   Nina Kraviz nous emmène dans un voyage mystique avec son Dj-Kicks

“I have no friends. I have no resting place. I never sleep. I can never close my eyes.”

Deux ans plus tard, en 96, bandana-man mourra à Las Vegas et la première question de Benji le journaliste est la suivante : « Où te vois-tu dans une dizaine d’années ? ». Toute l’idéologie du « thug life » repose sur la self-determination, la capacité à atteindre ses objectifs sans n’être parti de rien; Tupac répond donc qu’il aimerait être millionnaire, normal, il est déjà bien parti et se compare à un héros shakespearien tragique. Pourtant, il s’emmêle les pinceaux en disant que la « meilleure chose » … ah non, pardon, la « pire chose » serait d’être mort et enterré, ou finalement, ce serait d’être incinéré. Peace.

J’arrête de vous spolier toute l’interview, regarder plutôt par vous-même, et prenez en note les idées de mr. Tupac Amaru Shakur.