[INTERVIEWS – MUSIQUE] Free The Robots L’INTERVIEW

Free-The-Robots-LINTERVIEW-openminded
Free The Robots L’INTERVIEW

Free The Robots L’INTERVIEW

Nous l’avions invité lors de notre dernier Podcast, Chris Alfaro a.k.a. Free The Robots est de retour sur les pages de The Chemistry. En plus d’avoir pris le temps de réaliser un mix pour nous, il a également pris le temps de répondre à nos questions. Pour les plus chanceux d’entre vous, vous avez pu apprécier son set hier soir à Paris pendant l’énorme soirée Beat It, en compagnie de Nosaj Thing, Mono/Poly, Kutmah et Soulist. Rien que ça.
Pour en savoir plus sur cet hyperactif ou simplement découvrir le personnage voici la retranscription de notre entretien :

Salut Chris, tu commences une tournée européenne avec Mono/Poly. Comment votre collaboration a-t-elle débuté?

J’ai rencontré Mono/Poly au Low End Theory dans les années 2000. C’était alors une communauté bien plus petite, tout le monde se connaissait plus ou moins à LA. J’ai toujours été un grand fan de sa musique, et j’ai fini par le booker à mon bar (The Crosby), pour une soirée OBEY Radio. C’est resté un bon pote depuis.

Tu as déjà joué plusieurs fois en Europe, quel est ton ressenti sur la scène Beat européenne par rapport à celle de LA?

Certains de mes artistes préférés viennent d’Europe, et par expérience je dirais que la vibe est assez similaire. Beaucoup d’amour et d’ouverture vers les gens…je me sens comme à la maison.

As-tu préparé un live particulier pour cette tournée? Quel matériel vas-tu emporter avec toi?

Je voulais vraiment rester dans le classique avec l’éternel controlleur MPD, ainsi qu’une platine pour les parties de scratch en live. J’ai voulu revenir à mes racines, le hip-hop, et l’adapter au set live…Je travaille actuellement sur un show visuel pour mon nouveau disque qui se finalisera quand l’album sortira.

On a vu le documentaire « H∆SHTAG$ – Don’t call it #Beats » produit par Red Bull Music Academy, que tu as également partagé sur Facebook. Le mouvement Beat devient de plus en plus gros, tes impressions?

Tellement de choses se sont passées depuis les débuts, et c’était un bon rafraîchissement de voir de nouveau comment tout à commencé. J’ai vu ce mouvement naître, et ce que les intervenants disaient était très précis. Des fois je n’y pense pas, car c’est quelque chose qui est toujours en cours, mais ce qu’on a vécu et que l’on vit est un nouvel age d’or de l’indépendance. C’est génial de voir comment des artistes d’une petite communauté modeste ont réussi à faire évoluer les choses, maintenir le progrès, et inspirer une nouvelle génération à aller dans encore plus de directions.

Une question plutôt banale, je pense qu’on te l’a souvent posée mais quelles sont tes sources d’inspiration actuelles, quelques noms peut-être?

Honnêtement, j’ai toujours trouvé l’inspiration dans d’autres formes de musiques. Même si j’adore la scène actuelle en concert et en club, j’aime me tourner vers de la musique que je peux apprécier en solitaire : Jazz, Soul, Psych, Blues et autres sons obscurs…

Ton dernier single, Ophic, était un peu spécial car en duo avec la chanteuse Jessie Jones. Est-ce que tu retenterais l’expérience?

Bien que je fasse quasi-exclusivement de la musique instrumentale, j’ai toujours voulu travailler avec des chanteurs. C’est dommage que j’aie mis 10 ans à trouver une chanteuse avec qui je puisse travailler. Quand j’ai rencontré Jones, j’ai juste tilté, c’est elle que j’attendais…nous retravaillerons ensemble.

Quoi de beau prévu pour 2013? Un nouvel album, peut-être? Avec le restaurant, tu auras peut-être du temps.

Je suis très près de finir mon prochain album, « The Balance », que je sortirai sur mon propre label, en cours de création. On vise l’été 2013 pour la sortie…j’ai aussi quelques singles qui arrivent, et des collaborations pour un side-project dont je ne peux pas parler en ce moment…mais restez branchés !

J’ai eu ouï-dire que tu es un collectionneur de vinyls. Quelle est ta galette la plus bizarre? Je suis sur d’y trouver un truc qui sort de l’ordinaire.

Beaucoup trop même, le plus bizarre en ce moment c’est que j’écoute beaucoup de vieille country. C’est peut-être pas aussi obscur que le reste de la collection en terme de rareté, mais l’acte d’écouter et de fouiller dans la section country est assez bizarre, en effet.

481522_10151398492184099_1800530818_n-600x600

En regardant tes images, on peut voir un bout de ton studio avec le masque de Ron Swanson dans Parks & Recreation, ce qui nous a intrigué, notamment concernant les séries que tu regardes. Es-tu accro? Lesquelles sont tes favorites?

Parks & Rec est ma série préférée, mais j’essaye de faire attention car il y a tellement de bonnes séries; je me fais aspirer quand je commence. Exemple parfait, je suis sûrement le dernier sur cette planète, mais j’ai commencé à regarder Lost il y a quelques mois, et fini par saigner les 6 saisons en un mois…en conséquence, je m’abstiens de commencer Walking Dead, Game of Thrones ou Breaking Bad.

Merci Chris der nous avoir accordé un peu de ton temps, un dernier mot pour les français?

En tant qu’admirateur de l’innovation française dans l’art et la musique, je suis honoré de jouer pour vous, de partager ma musique et ma vision…Et merci à tous de me supporter depuis le temps.

Links : Facebook / Twitter