Heschung, l’authentique ne craint pas le froid

391210_540303706003764_1790766798_n-602x385

Heschung, l’authentique ne craint pas le froid

Alors que la neige s’invite de nouveau sur une grande partie du pays, que l’on ressort nos vêtements d’hiver et que l’on boucle nos valises direction la montagne, laissez-moi vous parler d’une marque qui n’a pas peur du froid. Heschung, la marque créée en1934 par Eugène Heschung, ancien ouvrier coupeur dans une fabrique de chaussures, saura tenir vos petons au sec et vous accompagner dans toutes vos escapades.

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, et je sais de quoi je parle, depuis mes 16 ans, j’arbore les vieux après ski de ma grand-mère. En fourrure de phoque, increvables, ils ne sont pas du goût de tout le monde mais à 21 ans, je persiste, je les trouve canon ! Mais revenons à nos montons, quand Eugène ouvre son atelier à Dettwiller, un petit village Alsacien, il se spécialise dans les chaussures de travail destinées aux paysans et bûcherons des forêts vosgiennes. Fabriquées en cousu-Norvégien, made in France, ces chaussures imaginées comme un outil de travail sont faites pour durer.

Dans les années 1950, avec l’arrivée des premiers skieurs Vosgiens la marque se spécialise dans le ski. Une initiative qui lui vaudra en 1968, à force de brevetage en tout genre, de devenir la marque fournisseur officiel de l’équipe de France. Mais après que le plastique ait sonné le glas des chaussures de ski en cuir, la marque a du s’adapter. Tout en conservant son savoir-faire d’antan, elle a épuré les lignes de ses chaussures, en a revisité le design, pour une chaussure haut de gamme, conçue pour durer, loin des modes éphémères.

Depuis, la marque s’étend et s’exporte, 3 boutiques à Paris, une à Tokyo suivies en 2012 par la création de la collection premium : L’atelier Heschung.

Cette collection concentre l’ADN de la marque et donne à chaque soulier une petite histoire mettant en exergue le savoir-faire, la qualité et l’authenticité de la marque, jamais sans une petite pointe d’humour. Le « cuir suportlo » par exemple, imperméable, comme son nom l’indique, nous provient tout droit d’Alsace où son cuir sera passé par les tanneries Degermann, spécialisées dans le double tannage végétal et chrome de veau. `

Enfin, je vous laisse voir par vous même ! Site//Facebook

46144_531351256899009_850225962_n-600x803 734084_531351140232354_30557046_n-600x803 lothier-velours-canvas-corde-stones-miel owen-montana-moro-brandy-rouge-ravel